Version Béta

Cerca

Vatican News
Les pères synodaux réunis en congrégation générale Les pères synodaux réunis en congrégation générale 

Synode: les jeunes, "sismographes" de la réalité et protagonistes de l'Eglise

La 5e congrégation générale du synode des évêques sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel s’est concentré ce mardi matin sur la synthèse des cercles mineurs sur la première partie de l’Instrumentum laboris.

Isabella Piro-Cité du Vatican

14 synthèses, 6 langues différentes, un seul thème : l’écoute, et la nécessité d’une Eglise empathique, en dialogue, qui fuie l’autoréférentialité, les préjugés, et mise plutôt sur la crédibilité de son témoignage. Les jeunes doivent être valorisés, affirment les père synodaux, leur participation active à la vie ecclésiale doit être promue et encouragée, leur engagement, mis à contribution en vue d’une vraie synodalité, afin qu’ils soient protagonistes des processus et non seulement des simples événements. C’est de cette manière qu’ils pourront être évangélisateurs des jeunes de leur âge.

Les jeunes, «sismographes» de la réalité

«Sismographes» de la réalité, les jeunes sont l’Eglise, répète le synode : il faut leur offrir des raisons de vivre et d’espérer, en évitant d’être moralisateur, et en démontrant que la vie est la réponse à la vocation que Dieu donne à chacun de nous: au fond, affirment les participants, la vie est belle car elle a un sens. Les jeunes sont capables de prendre des décisions, mais il convient de les aider à en prendre sur le long terme.

Le risque de la «démence digitale »

Les groupes linguistiques s’arrêtent ensuite sur le thème de la culture digitale, désormais partie intégrante de la vie des jeunes, avec ses lumières mais aussi ses ombres, qui exacerbent le sentiment de solitude, le risque d’une attitude compulsive vis-à-vis de la «culture de l’écran», d’une «démence digitale» qui induit une incapacité à se concentrer et à comprendre des textes complexes, d’une «migration virtuelle» qui transporte les jeunes dans un monde tout à eux, qui est parfois le fruit d’une invention. Dans un tel contexte, la présence de l’Eglise est essentielle pour accompagner les jeunes, elle peut par exemple leur enseigner qu’ils peuvent utiliser internet, et non pas le contraire. Il ne faut pas oublier enfin ces nombreux jeunes «non connectés » qui vivent souvent dans des zones rurales privées d’internet.

Affronter le thème des abus

Autre thème abordé par les 14 cercles mineurs, celui des abus : un scandale qui mine la crédibilité de l’Eglise et qui doit être affronté de manière approfondie. Il est nécessaire de regagner la confiance des fidèles, sans oublier ce que l’Eglise a déjà accompli pour contrer et prévenir de tels crimes et éviter de nouveaux  manquements. Il sera essentiel également, martèle le synode, d’aider les survivants des abus à trouver le chemin du pardon et de la réconciliation. Les cercles soulignent ensuite le besoin d’une meilleure articulation de la question de la sexualité qui demande à être affrontée avec transparence et humanité, sans omettre le regard théologique.

Migrants : plaider leur cause au niveau international

Une grande attention a été portée au thème des migrations, qui touche de nombreux jeunes. Il s’avère en effet qu’ils attendent beaucoup de l’Eglise sur cette question touchant aux domaines de la justice et de la politique. Il faudrait une pastorale adaptée à ce sujet, et un engagement conjoint des conférences épiscopales directement concernées par ce phénomène. La cause des migrants doit être portée au niveau international, insiste le synode, en créant des canaux de légalité et de sécurité. Il est important de promouvoir des opportunités dans des pays de départ et d’accueil. Il convient de ne pas oublier les déplacés et les migrants internes, ainsi que les persécutés et les martyrisés dans de nombreuses régions du monde.

Une éducation solide, interdisciplinaire, intégrale

Les pères synodaux , experts et auditeurs explorent ensuite le thème de la formation et de l’éducation qui doit être solide, interdisciplinaire et intégrale. Tout en rappelant l’importance des écoles et des universités catholiques, -qui doivent être valorisées et non instrumentalisées, pour former des jeunes à la foi et à la vie chrétienne-, on réaffirme aussi que l’enseignement  est un des devoirs premiers de l’Eglise, et que souvent, face au fondamentalisme ou à l’intolérance, la meilleure réponse est justement la promotion d’une éducation au respect et au dialogue, qu’il soit interreligieux ou œcuménique.

Renforcer la famille

La question de la formation passe également à travers le défi d’une pastorale familiale adéquate, qui aide la transmission de la foi aux futures générations. En effet aujourd’hui, constate le synode, la famille vit une phase de crise, en raison de sa déstructuration  et de l’affaiblissement de la figure paternelle.. Les adultes en général, trop individualistes, n’ont pas aidé les jeunes à percevoir la Bonne Nouvelle. Or, ìl est de la responsabilité de chaque croyant  d’accompagner les jeunes à la rencontre personnelle avec Jésus, parce que la jeunesse se construit sur la base de ce qu’elle reçoit en famille. C’est pourquoi l’Eglise, famille des familles, doit offrir aux jeunes une véritable expérience familiale, dans laquelle ils puissent se sentir accueillis, aimés, entourés, accompagnés dans leur croissance, leur développement intégral et dans la réalisation de leurs rêves et espérances.

L’Eglise, école d’enseignement

Le concept d’une formation juste concerne aussi les pasteurs, relève le synode : il est besoin d’un nouveau style de vie sacerdotale, et il faut des évêques qui sachent accompagner, car ils semblent pour le moment manquer de stratégies pastorales efficaces en mesure de se confronter à la sécularisation et la globalisation, qui présentent, malgré tout, des opportunités de concilier modernité et tradition. Au fond, l’Eglise doit être une école d’enseignement pour chaque jeune, en dépassant le manque d’harmonie qui peut exister entre elle et les jeunes.

Proposition d’un message pour les jeunes

Plusieurs cercles ont proposé au synode de faire parvenir un message directe ment aux jeunes qui puisse leur parler de l’espérance chrétienne avec des paroles prophétiques qui racontent le regard de Dieu sur la jeunesse. C’est une approche multimédia qui a été suggérée, afin de s’adresser aux jeunes non seulement avec un texte écrit, mais également au moyen de la vidéo et de l’image.  

09 octobre 2018, 17:16