Version Béta

Cerca

Vatican News
La réunion pré-synodale à Rome du 19 au 24 mars 2018. La réunion pré-synodale à Rome du 19 au 24 mars 2018.  (AFP or licensors)

Les jeunes attendent de l’Église une formation anthropologique

300 jeunes originaires de Namibie ou d’Ukraine, en passant par l’Iran ou le Nicaragua discutent à Rome des liens mutuels que l’Église et la jeunesse peuvent tisser. Cette réunion pré-synodale du 19 au 24 mars, prélude du synode des évêques sur «les jeunes, la foi et le discernement vocationnel» prévu en octobre, matérialise la préoccupation contemporaine de l’Église à l’égard des jeunes et des vocations, dans une Europe sécularisée.

Entretien réalisé par Delphine Allaire – Cité du Vatican

«Dans un monde qui bouge, les jeunes attendent de l’Église une formation anthropologique, plus que catéchétique», affirme d’emblée Pierre Woitiez, modérateur des réunions. Pour se construire humainement, c’est donc vers l’Eglise que se tournent certains de ces jeunes, avides d’orientations de vie. «L’école a quelque peu abandonné cette mission», regrette-t-il, élargissant le concept de vocation religieuse à la vocation de vie tout cout. 

Néanmoins avant que ces débats menés au collège Mater Ecclesiae en banlieue de Rome ne portent leurs fruits, hors du monde catholique, des efforts restent à fournir. Pierre Woitiez est optimiste : «La majorité des jeunes présents sont catholiques, mais nous évoluons dans des environnements qui ne le sont pas, universités, écoles, entreprises». De petites opportunités d’évangélisation… une fois le sol romain quitté.       

Entretien avec Pierre Woitiez, modérateur français à la réunion pré-synodale
22 mars 2018, 18:41