Version Béta

Cerca

VaticanNews
Le Pape rencontrant le 1er février 2018 les membres de la conférence épiscopale de Biélorussie. Le Pape rencontrant le 1er février 2018 les membres de la conférence épiscopale de Biélorussie.  (Vatican Media)

Biélorussie: l'épiscopat en visite au Vatican

Les neuf évêques de Biélorussie effectuent actuellement leur visite Ad Limina Apostolorum au Vatican. Ils ont rencontré le Pape François dès le premier jour de leur visite ce jeudi 1er février. L’occasion pour les évêques de ce pays majoritairement orthodoxe, d’évoquer l’œcuménisme, mais aussi de susciter l’espoir d’une visite du Pape dans ce pays.

Delphine Allaire – Cité du Vatican

Lors de cette rencontre avec le Pape François, les neuf évêques biélorusses, la situation religieuse et socio-politique du pays a été évoquée.

Interrogé par Vatican News en italien, Mgr Tadeusz Kondrusiewicz, l’archevêque de Minsk et président de la conférence épiscopale, s’est livré sur le contenu de leur échange avec le Saint-Père, très axé sur l’œcuménisme et les relations avec les Églises orthodoxes.

Mgr Kondrusiewicz a ensuite ajouté que les évêques de Biélorussie avaient invité le Pape François à visiter leur pays. Impossible cette année, leur a répondu François, sans fermer la porte à une prochaine visite les années suivantes.

Le cas des prêtres étrangers en Biélorussie

Au cours de l’échange, la première édition du Nouveau Testament en langue biélorusse parue fin 2017 a été offerte au Pape.

L’archevêque de Minsk a par ailleurs soulevé la situation délicate des permis de séjour pour les prêtres étrangers dans le pays, ainsi que la construction d’églises catholiques.

Aujourd’hui, la Biélorussie compte en effet environ 500 prêtres, dont 90 étrangers.

Selon l’Annuaire statistique de l’Église, les catholiques représentent dans ce pays 14% de ses 10 millions d’habitants, devant les autres minorités que forment les juifs, les protestants et les musulmans, et derrière les orthodoxes (plus de 48%). 

Subdivisée en quatre diocèses (Minsk-Mohilev, Hrodna, Pinsk, Vitebsk), la Biélorusse compte plus de 400 paroisses.  

Union et désunion avec Rome

Dans le territoire de la Biélorussie actuelle, le christianisme a été introduit au Xème siècle après le baptême de la princesse Olga. Sous l'influence de Byzance et Rome, c’est après le schisme de 1054 que la Biélorussie est devenue majoritaire orthodoxe, le catholicisme restant l’apanage des nobles du pays.

C’est par l’acte d’union de Brest-Litovsk en 1596 que certains évêques ukrainiens et russes-occidentaux ont réaffirmé leur union avec Rome. Vers la fin XVIIIème siècle, les membres de cette union représentaient la majorité de la population biélorusse.

Sous annexion russe, le début des persécutions

Cette même période marquée par l'annexion à la Russie en 1795, signe le début de la persécution contre les catholiques. Entre 1830 et 1870, presque tous les couvents et centres d'éducation catholiques furent fermés. Depuis le début du XXe siècle, la population orthodoxe de Biélorussie est redevenue dominante.

L'avènement de la République soviétique du Bélarus, dans l’après-guerre, et son annexion à l'Union soviétique, a conduit à la recrudescence des persécutions chrétiennes. Terrible. Presque toutes les églises ont été fermées, de nombreux membres du clergé catholique ont été tués ou arrêtés. Cette persécution a atteint son apogée dans les années 1930, sous le régime stalinien.

La renaissance post-1989

Après la chute de l’URSS, l’Église biélorusse renait progressivement de ses cendres. Dès l’été 1989, Mgr Tadeusz Kondrusiewicz est nommé administrateur apostolique du diocèse de Minsk pour les catholiques de Biélorussie (il sera ensuite nommé à Moscou de 1991 à 2007, avant de revenir à Minsk). Quand deux ans plus tard, en 1991, une Commission pour la traduction des textes liturgiques et de la littérature religieuse en biélorusse est créée.

Les relations entre le Saint-Siège et la Biélorussie seront rétablies le 11 novembre 1992. Il faut attendre cependant une décennie, en 2004, pour que soit présenté le Missel romain en biélorusse.

Le président de la République de Biélorussie, en poste depuis 1994 jusqu’à aujourd’hui, Aleksander Loukachenko, a effectué sa première visite officielle au Vatican en avril 2009. Depuis l’éclatement de la guerre en Ukraine en 2014, le Saint-Siège et la Biélorussie collaborent d’ailleurs régulièrement pour trouver une sortie de crise au conflit.

Ce pays n’a jamais reçu de visite pontificale, mais le cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’État du Saint-Siège, s’y était rendu en 2015.

01 février 2018, 18:18