Version Béta

Cerca

Saint Sylvestre I, pape

Saint Sylvestre I, pape Saint Sylvestre I, pape  (© Musei Vaticani)

Sylvestre, pape dans la liberté de culte

Saint Sylvestre est le premier pape d’une Eglise qui ne doit plus se cacher dans les catacombes en raison de la menace des persécutions des premiers siècles. En 313, en effet, pendant le pontificat de l’Africain Miltiade les empereurs Constantin et Licinius donnèrent la pleine liberté de culte aux chrétiens. L’année suivante, Sylvestre, prêtre romain dont on ignore la date de naissance, monta sur le trône pontifical. Selon le Liber Pontificalis il était fils d’un certain Rufin, romain. Sylvestre a marqué le passage de la Rome païenne à la Rome chrétienne et a assisté à la construction des grandes basiliques constantiniennes. Selon le Liber Ponficalis, ce fut également lui qui suggéra à Constantin de construire la basilique Saint Pierre, sur la Colline du Vatican, au-dessus d’un temple préexistant dédié à Apollon, en y enterrant le corps de l’apôtre. Toujours grâce à la collaboration entre Sylvestre et Constantin, surgirent la Basilique et le Baptistère du Latran, près de l’ancien palais impérial où le Pontife commença à vivre, la Basilique de Sessorium (Basilique de Sainte Croix de Jérusalem), la Basilique de Saint-Paul-hors-les-Murs. La mémoire de Sylvestre est, toutefois, liée principalement à l’église titulaire d’Equiti qui porte le nom d’un prêtre romain dont on dit qu’il a érigé cette église sur sa propriété. Elle se trouve aujourd’hui près des termes de Trajan à côté de la Domus Aurea.

Pape « confesseur de la foi »

Par contre le rôle que Sylvestre eut dans la négociation sur les donatistes à Arles et l’arianisme au premier Concile Œcuménique qui s’est déroulé à Nicée en 325 est peu documenté. Selon certains, il n’eut même pas la possibilité d’y intervenir. Mais, il dut avoir tellement frappé ses contemporains qu’à peine mort il fut aussitôt honoré publiquement comme « confesseur ». Ainsi, il est l’un des premiers, à recevoir ce titre, attribué ensuite au quatrième siècle, à celui qui, même sans avoir subi le martyre, a mené une vie consacrée au Christ. Sans doute parce qu’il contribua au développement de la liturgie. C’est probablement durant son règne que fut écrit le premier martyrologe romain ; c’est ainsi que le nom de Sylvestre est lié à la création de l’école romaine du chant.

La Milice Dorée

Saint Sylvestre Pape est le patron de l’ordre équestre appelé Milice Dorée ou aussi « de l’Eperon d’Or » que la tradition veut qu’il ait été fondé directement par l’empereur Constantin en personne. Après diverses vicissitudes au cours des siècles, en 1841 le pape Grégoire XVI, dans le cadre d’une vaste réforme des ordres équestres, sépara l’Ordre de Saint Sylvestre Pape de la Milice Dorée, en lui assignant ses propres statuts et décorations. En 1905 le pape Pie X y apporta d’ultérieures modifications, encore en vigueur aujourd’hui. L’Ordre prévoit quatre classes : Chevalier, Commandeur, Commandeur avec plaque (Grand Officier), Chevalier de Grand’ Croix. Des trois ordres régis par le Saint-Siège celui de Saint Sylvestre est l’ordre mineur : le rang le plus élevé appartient à l’Ordre Piano, suivi de celui de Saint-Grégoire-le-Grand.