Version Béta

Cerca

Saint Laurent, diacre et martyr

Saint Laurent, Mariotto di Nardo Saint Laurent, Mariotto di Nardo  (Digital image courtesy of the Getty's Open Content Program)

Le martyr des derniers

Le témoignage de ce saint martyr, né en Espagne dans la première moitié du IIIe siècle, est ponctué par la piété et la charité. Immédiatement après son élection, le pape Sixte II lui confia la tâche de l'archidiacre. Comme responsable des activités caritatives dans le diocèse de Rome, Saint Laurent administre les biens et les offrandes pour pourvoir aux besoins des pauvres, des orphelins et des veuves.

Gardien des "trésors de l'Eglise"                        

Son parcours est ébranlé dans la jeunesse par la tragédie de la persécution. En 258 l'édit de l'empereur Valérien est publié: tous les évêques, les prêtres et les diacres doivent être mis à mort. Saint Laurent, d'autres diacres et le pape Sixte II sont capturés. Le Pontife est tué le 6 août. Dans un premier temps, l'empereur sauve la vie à saint Laurent lui demandant de livrer «les trésors de l'Eglise». Mais à l'empereur il montre des malades, des indigents et des marginaux. Ceux-ci affirme-t-il sont les trésors de l'Eglise. Quatre jours plus tard, le 10 août, saint Laurent est lui aussi martyrisé.

Brûlé vif sur un gril

Selon une ancienne «passion», recueillie par saint Ambroise, saint Laurent a été brûlé sur un grill. Dans le "De Officiis" saint Ambroise imagine une rencontre entre Laurent et le pape Sixte II, sur le chemin du martyre. C’est saint Laurent qui parle: «Où allez-vous, père, sans votre fils? Où vous empressez-vous, ô Saint Pontife, sans votre diacre? Vous n'avez jamais offert le sacrifice sans votre ministre. Qu’est-ce qui vous déplait donc en moi, ô père ? Peut-être m'avez-vous trouvé indigne? Eprouvez-moi, voyez si vous avez choisi un ministre indigne pour la distribution du sang du Seigneur. Refuserez-vous à celui que vous avez admis aux divins mystères d'être votre compagnon dans l’effusion du sang?

Du martyre à la gloire

Son martyre est une preuve suprême d'amour. Saint Léon le grand, dans une homélie, commente ainsi le supplice de saint Laurent: « les flammes ne pouvaient pas vaincre la charité du Christ ; et le feu qui le brûlait à l’extérieur était plus faible que son ardeur intérieure ». Et il ajoute: « le Seigneur a voulu exalter à un tel point son nom glorieux partout dans le monde que de l'Orient à l'Occident, dans la très vive splendeur de la lumière irradiée par les plus grands diacres, la même gloire qui est venu à Jérusalem par Étienne a également touché Rome par les mérites de Laurent ».

La Basilique de San Lorenzo et l'église de Panisperna

Après sa mort, le corps de saint Laurent a été déposé dans une tombe sur la Via Tiburtina. En cet endroit, l'empereur Constantin érigea une basilique, restaurée au XXe siècle après les dégâts survenus, durant la seconde guerre mondiale, par le bombardement américain à Rome le 19 juillet 1943. À la place du martyre a été construit l'église de saint Laurent à Panisperna. Selon certaines sources, le nom dériverait de la coutume, des frères et sœurs clarisses, de distribuer aux pauvres, le 10 août, "Panis et Perna", du pain et du jambon.

Saint Laurent dans l’art et la culture : poésie "X agosto"

Le supplice de saint Laurent a inspiré des œuvres d'art, des dictons populaires et des poèmes. Le fleuve canadien lui doit son nom le Saint-Laurent, sur le fleuve trône une statue. Giovanni Pascoli écrit ainsi dans le poème "X agosto":

"Saint Laurent, moi, je sais pourquoi
tant d’étoiles par l'air tranquille
s’embrasent et tombent, pourquoi tant de larmes
étincellent dans la voute du ciel "...