Version Béta

Cerca

Saint Paul, apôtre, patron de la ville de Rome

Saint Paul, école grecque post-byzantine Saint Paul, école grecque post-byzantine  (© Musei Vaticani)

Juif de Tarse dans la Turquie d’aujourd’hui, Saoul, citoyen romain, cultivé, instruit à l’école hébraïque qu’il poursuit à Jérusalem, il avait  aussi une bonne formation gréco-helléniste, connaissait le grec et le latin. Fils d’un fabricant de tentes, il avait appris aussi ce métier de son  père. Comme beaucoup de juifs de l’époque, il avait un deuxième nom gréco-latin : Paul,  a été choisi par simple  assonance avec son propre nom. Opiniâtre, courageux et audacieux, il avait de bonnes capacités dialectiques. C’est dans les Actes des Apôtres  et dans ses 13 Lettres que se révèle la personnalité de Paul. Il  ne connaît pas Jésus et il est parmi les premiers persécuteurs des chrétiens, considérés comme une secte dangereuse à éliminer. Dans les Ecritures il est mentionné pour la première fois dans le récit de la lapidation d’Etienne, premier martyre chrétien, à Jérusalem. Ardent partisan de la tradition juive, Saoul «  cherchait à détruire  l’Eglise : il entrait dans les maisons, y arrêtait hommes et femmes et les conduisait en prison » (Ac 8, 3). Les disciples ont peur de lui et pour échapper à la persécution certains se réfugient dans différentes cités dont Damas.

Sur la route de Damas

Saoul obtient alors l’autorisation du  grand prêtre pour conduire  les fugitifs au tribunal à Jérusalem. « Et  c’est lorsqu’il était en voyage et approchait de Damas, qu’il fut soudain enveloppé  de l’éclat d’une lumière venue du ciel ; Tombant  à terre, il entendit une voix  qui lui disait : « Saoul, Saoul, pourquoi me persécutes-tu ? »- Qui es-tu, Seigneur ? » Demanda-t-il. Et la voix  répondit : « Je suis Jésus que tu persécutes ! Mais toi, entre dans la ville et on te dira ce que tu dois faire ». Saoul alors se releva de terre, mais bien qu’il eut les yeux ouverts il ne voyait  plus rien »(Ac 9,3-6).Il est accompagné  à Damas, où pendant trois  jours, il ne prend  ni nourriture ni  boisson, tant il reste  bouleversé par  ce qui venait de lui arriver . Le troisième jour  vient le trouver un certain Ananie auquel Dieu, au cours d’une vision, lui avait demandé de le chercher et de lui imposer les mains pour qu’il retrouve la vue. « Il est l’instrument  que je me suis choisi pour porter mon nom devant les nations païennes, les  rois et les fils d’Israël ; et moi je lui  montrerai  moi-même, en effet, tout ce qu’il lui faudra  souffrir pour mon nom », est-il révélé à Ananie. Paul se fait baptiser, il fait connaissance avec la petite communauté  chrétienne locale, se rend à la Synagogue et raconte tout ce qui lui est arrivé. C’est partir d’ici qu’il commence  son apostolat. Il s’entretient avec les disciples qui sont à Damas, et commence à prêcher  avec enthousiasme, et par la suite il se rend à Jérusalem. Ici il fait connaissance avec Pierre et les autres  apôtres qui, après une méfiance au début, l’accueillent  et lui parlent  longuement de Jésus. Paul les écoute, apprend les enseignements laissés par le Maître et fortifie sa foi. Il poursuit sa prédication, mais se heurte à l’hostilité de nombreux juifs et à la perplexité de certains chrétiens. Il quitte Jérusalem et retourne à Tarse, où il reprend son métier de fabricant de  tentes et continue à  se consacrer à l’évangélisation. Quelque temps après, Paul, ensemble avec Barnabé, un des premiers juifs convertis, arrive à Antioche et établit des liens étroits avec la communauté chrétienne.

Les voyages apostoliques

Après un bref séjour à Jérusalem, et à partir d’Antioche, Paul poursuit sa mission auprès des juifs et surtout auprès des païens, appelés aussi « Gentils ». Trois grands voyages  apostoliques .Au cours du premier il aborde  Chypre et diverses cités de la Galatie, fonde diverses communautés, ensuite il rejoint Antioche à nouveau, puis Jérusalem pour discuter avec les apôtres si les convertis issus du paganisme  devaient respecter ou pas les prescriptions de la tradition juive. Le second voyage conduit Paul au sud de la Galatie, puis  la Macédoine et la Grèce. Il s’arrête à Corinthe pendant plus d’un an et touche d’autres cités  dont Ephèse et de nouveau Jérusalem avant  de retourner à Antioche. D’où il repart pour son  troisième voyage. Il séjourne trois ans à Ephèse, puis la Macédoine, Corinthe et autres localités ; il visite les communautés qui l’avaient accueilli précédemment et, enfin, rentre  à Jérusalem. En raison des tensions  surgies entre les communautés qu’il avait fondées et les judéo-chrétiens au sujet de l’observance  de certaines normes de la loi juive, il se confronte avec Jacques.

Vers le martyre

 Accusé ensuite par les  juifs  d’avoir prêché contre la loi et  d’avoir introduit dans le temple un païen converti il est arrêté ; mais soumis  à un procès, Paul, en qualité de citoyen romain, en appelle à l’empereur et est transféré à Rome. Il y arrive après la prison à Césarée et diverses étapes dans d’autres cités. À Rome, où se trouve également Pierre, il entre en contact avec la communauté chrétienne. Acquitté par manque de preuves, il poursuit sa mission. Il est arrêté de nouveau sous Néron ; condamné à mort  par le tribunal romain, il est décapité sur la voie d’Ostie, tandis  que Pierre, est crucifié  sur la colline du Vatican. La tradition  veut que le martyre de Pierre et Paul ait eu lieu le même jour : le 29 juin de  l’an 67. C’est sur leurs  tombes que sont érigées les basiliques  saint Pierre et de  saint Paul-hors-les Murs.