Version Béta

Cerca

Saint Pie V, pape

Saint Pie V, Basilica di san Paolo fuori le mura Saint Pie V, Basilique Saint-Paul-hors-les-murs 

La flotte turco-musulmane était prête à lancer l’attaque décisive dans le Golfe de Lépante. Trois cents navires attendaient pour faire plier définitivement l’Europe chrétienne. A douze heures du 7 octobre 1571 commença une des batailles navales les plus décisives de l’histoire chrétienne. Après trois heures de combats furieux, les forces alliées de la Sainte Ligue remportaient la victoire sur les forces ottomanes. En apprenant la nouvelle de la victoire, le pape Pie V donna ordre de faire sonner toutes les cloches de la Ville Eternelle. Et en signe de reconnaissance à la Vierge Marie - les jours précédant les combats il avait invité les Romains à prier le Chapelet - il institua justement la fête de Notre Dame du Rosaire le 7 octobre.

Pape réformateur

La victoire de Lépante est une des plus belles pages liées à la figure de Pie V, au civil, Antoine Michel Ghislieri.
Résolu et inflexible, la figure de Pie V est particulièrement associée à la Contreréforme pour avoir combattu l’hérésie, et à la Ligue Sainte, la coalition militaire qu’il constitua avec les Etats européens pour contrer l’avancée des Turcs en Europe. Pour faire passer dans la pratique les décrets réformateurs du Concile de Trente, il publia le Catéchisme romain (1566), ainsi que les nouveaux textes du Bréviaire (1568) et du Missel (1570), restés en vigueur jusqu’au Concile Vatican II.

Sollicitude pour les pauvres

Durant son pontificat, Pie V se prodigua pour l’aide aux pauvres et aux nécessiteux en créant des structures d’assistance et d’aide comme le Mont de Piété et les hôpitaux de Saint Pierre et du Saint Esprit. Durant la famine de 1566, il supprima toute dépense superflue, distribua des vivres et organisa des services de santé.

Contre l’hérésie et le népotisme

Il fut inflexible dans ses dispositions disciplinaires comme la bulle In Coena Domini qui recueillait les normes pour la sauvegarde de la foi et la lutte contre les hérésies. Il réduisit le coût de la cour papale, imposa l’obligation de résidence aux évêques et affirma l’importance du cérémonial. Il s’opposa à toute forme de népotisme et chercha par tous les moyens à améliorer les us et coutumes de la population.

Pie V et les monarchies d’Europe

Pie V fit preuve de grande fermeté aussi à l’égard des monarchies européennes. Il réussit à faire reconnaître les décisions du Concile de Trente en Italie, Allemagne, Pologne et Portugal. Parmi les monarques catholiques, seul le roi de France s’y opposa. Il excommunia Elizabeth I d’Angleterre pour soutenir les forces catholiques déterminées à favoriser l’accès au trône de Marie Stuart.

Mort et canonisation

Epuisé par une longue maladie, il s’éteignit le premier mai 1572. Sa dépouille repose aujourd’hui dans la basilique Sainte Marie Majeure à Rome.
Il fut béatifié cent ans après sa mort par le pape Clément X, le 27 avril 1672, et canonisé le 22 mai 1712.