Cerca

Saint Jean Sarkander prêtre et martyr

C’est le 20 décembre 1576 que naît, à Skoczów, en Silésie, Jean Sarkander. Jeune, il fréquente le collège des Jésuites à Olomouc, l’Université de Prague et la faculté de théologie de Graz. Son destin est le mariage, mais la fiancée meurt avant les noces. Après ce deuil, il complète les études en théologie, et à 32 ans il est ordonné prêtre. En 1616 il est nommé curé à Holesov. C’est alors le début d’une période de tensions marquée par la révolte des nobles de Bohème, en majorité protestantes, contre l’Empire d’Autriche. Les Jésuites laissent Holesov et peu après, en 1619, Jean Sarkander se rend en pèlerinage à Czestochowa.

Le martyre

Après avoir passé cinq mois en Pologne, il retourne à Holesov au moment où la Moravie est le théâtre des invasions et pillages de la part des troupes polonaises. Holesov est épargnée parce que les fidèles en procession eucharistique, conduite par Jean Sarkander, vont à la rencontre des soldats polonais. Le prêtre morave est accusé d’espionnage pour le compte du roi polonais, qui était intervenu avec ses troupes en soutien à l’empereur d’Autriche. Jean subit des interrogatoires, accompagnés de tortures cruelles et prolongées. Après un mois de souffrances, il meurt, à 46 ans, en prison, le 17 mars 1620.

La canonisation

Une autre date significative est celle du 21 mai 1995, jour de la canonisation de Jean Sarkander. Dans l’homélie, le pape Jean-Paul II souligne que la figure de saint Jean Sarkander «allume une lumière exceptionnelle surtout à la fin de sa vie, lorsqu’il est emprisonné et reçoit du Seigneur la grâce du martyre». «Dans une période de turbulences, il se pose comme signe de la présence de Dieu, de sa fidélité au milieu des contradictions de l’histoire». «Sa canonisation, a conclu le pape Wojtyla à cette occasion, honore avant tout tous ceux qui , non seulement en Moravie et Bohème, mais dans toute l’Europe de l’Est, ont préféré la privation des biens, la marginalisation, la mort, plutôt que se plier à l’oppression et à la violence».