Recherche

Vatican News
Le cardinal Parolin, lisant le message du Pape François, à la tribune de Glasgow. Le cardinal Parolin, lisant le message du Pape François, à la tribune de Glasgow. 

COP 26: le Pape invite les participants à ne pas oublier les plus vulnérables

Dans un message lu à Glasgow par le cardinal Pietro Parolin, le Souverain Pontife constate les efforts importants à effectuer pour limiter le réchauffement climatique et invite la communauté internationale à «l’espoir et au courage» face aux dérèglements de la planète. Liant crise climatique et pandémie, le Pape souligne en particulier l’attention à apporter aux populations les plus vulnérables affectées par ces bouleversements.

Olivier Bonnel-Cité du Vatican

«Nous sommes tous conscients que cette conférence a la tâche importante de montrer à l'ensemble de la communauté internationale qu’il existe réellement une volonté politique d'allouer honnêtement, de manière responsable et courageuse davantage de ressources humaines, financières et technologiques pour atténuer les effets négatifs du changement climatique ainsi que pour aider les populations les plus pauvres et les plus vulnérables, qui souffrent le plus». C’est par ces mots que débute le message du Pape François adressé au président de la Cop 26 Alok Sharma, message lu ce mardi par le cardinal Parolin à Glasgow.  

Le Saint-Père a tenu à replacer les défis de la crise climatique dans une perspective plus large qui est celle de la pandémie actuelle. La réponse à la crise climatique tout comme à la crise sanitaire exige « que nous devons construire ensemble, en nous appuyant sur les erreurs du passé». Invitant au multilatéralisme, le Pape rappelle que les objectifs inscrits dans l'accord de Paris ne pourront être atteints «que si nous agissons de manière coordonnée et responsable».


Une vie digne sur une planète saine

Pour François cette COP26 «peut et doit» contribuer à construire un avenir où les comportements quotidiens et les investissements économiques et financiers «peuvent réellement préserver les conditions d'une vie digne de l'humanité d'aujourd'hui et de demain sur une planète "saine"». Un véritable «défi de civilisation», explique le Saint-Père, «pour lequel l'engagement de tous est nécessaire».

Plaidant pour le «soutien aux pays les plus vulnérables pour s'adapter aux impacts du changement climatique et répondre aux pertes et dommages causés par ce phénomène», le Pape rappelle encore dans ce message les efforts déjà mis en œuvre par le St-Siège pour une neutralité carbone d’ici 2050. Une stratégie «d'émissions nettes nulles» qui se fait aussi bien au niveau de l’État de la Cité du Vatican que plus largement dans les efforts du Saint-Siège à promouvoir une éducation à l'écologie intégrale. Pour ce faire, explique encore le Pape, les mesures politiques, techniques et opérationnelles doivent être combinées à un «processus éducatif qui, également et surtout chez les jeunes, promeut de nouveaux styles de vie et encourage un modèle culturel de développement et de durabilité centré sur la fraternité et sur l'alliance entre les êtres humains et l'environnement naturel».


L’importance de la voix des leaders religieux

François rappelle aussi dans son message la rencontre interreligieuse organisée le 4 octobre dernier au Vatican pour signer un Appel commun en vue de la COP-26. L’occasion d’entendre les voix de représentants de nombreuses confessions et traditions spirituelles, de cultures et de nombreux domaines scientifiques. «Des voix différentes avec des sensibilités différentes. Mais ce qui a été clairement perçu, c'est une forte convergence de tous pour s'engager dans le besoin urgent d'initier un changement de cap capable de passer de manière décisive et convaincante de la "culture du gaspillage" qui prévaut dans notre société à une "culture du soin" pour notre maison commune et ceux qui y vivent ou y vivront» relève t-il.

«Les blessures infligées à l'humanité par la pandémie de Covid-19 et le changement climatique sont comparables à celles résultant d'un conflit mondial» souligne encore le Saint-Père dans son message pour Glasgow. Selon lui les réponses nécessitent «la mise en œuvre d'actions collégiales, solidaires et tournées vers l’avenir». 

Une véritable attention aux plus vulnérables

«Nous avons besoin d'espoir et de courage» lance encore le Pape, qui invite à «une véritable conversion, tant individuelle que communautaire» pour amorcer une transition vers un modèle de développement «plus intégral et intégrateur, fondé sur la solidarité et la responsabilité». Dans cette perspective, poursuit François, «il convient d'accorder une attention particulière aux populations les plus vulnérables, auxquelles s'est accumulée une "dette écologique", liée à la fois aux déséquilibres commerciaux ayant des conséquences environnementales et à l'utilisation disproportionnée de leurs propres ressources naturelles et de celles des autres pays». 

Le Pape plaide ainsi une nouvelle fois pour un monde «de l'après-pandémie» qui doit notamment reposer selon lui sur l'annulation de la dette extérieure des pays les plus pauvres «associée à une structure économique plus durable et équitable visant à soutenir l'urgence climatique». Une dette, rappelle-t-il qui incombe aux pays les plus développés.


Que l’humanité soit capable de prendre soin d’elle-même

«Nous devons constater avec amertume combien nous sommes loin d'atteindre les objectifs souhaités en matière de lutte contre le changement climatique» écrit encore l’évêque de Rome. Pourtant «il n'y a plus de temps pour attendre, note t-il; il y a trop de visages humains qui souffrent de cette crise climatique». Le Pape rappelle ainsi que cette crise climatique «est également devenue une crise des droits de l'enfant et que, dans un avenir proche, les migrants environnementaux seront plus nombreux que les réfugiés de conflits. Il faut également agir pour préparer un avenir dans lequel l'humanité sera capable de prendre soin d'elle-même et de la nature» précise t-il, soulignant que les jeunes «n'auront pas une planète différente de celle que nous leur laissons» et qu’est venu le temps de la décision «qui leur donnera des motifs de confiance pour l'avenir».

Le Saint-Père conclut son message en accompagnant de ses prières les participants de la COP 26 dans ces choix importants.


 

02 novembre 2021, 18:05