Recherche

Vatican News
Le Pape François entouré de deux jeunes romains, lors de l'angélus du 21 novembre 2021 Le Pape François entouré de deux jeunes romains, lors de l'angélus du 21 novembre 2021  (Vatican Media)

Angélus: le royaume du Christ est libérateur

Le Pape François, avant la récitation de la prière de l’angélus, en ce dernier dimanche du temps ordinaire, Solennité du Christ, Roi de l'Univers, a proposé une méditation sur la royauté de Jésus qui est «vraiment au-delà des paramètres humains».

Vatican News

Après avoir célébré la messe, dans la basilique Saint-Pierre, pour la Solennité du Christ-Roi de l’Univers, en cette 36e Journée mondiale de la Jeunesse, le Pape François, prenant appui sur l’Évangile du jour selon Saint Jean, a observé la particularité de la royauté de Jésus. «Ma royauté n’est pas de ce monde», affirme le Christ, s’adressant à Pilate. (Jn 18,36). Le Christ «fuit toute quête de grandeur mondaine, mais il rend le cœur de ceux qui le suivent libre et souverain».

Il n'est pas roi comme les autres, mais il est roi pour les autres, a relevé le Saint-Père. Jésus «ne vient pas pour dominer, mais pour servir. Il ne vient pas avec des signes de puissance, mais avec la puissance des signes. Il n'est pas revêtu de précieux insignes, mais se tient nu sur la croix». Et c'est précisément dans l'inscription sur la croix que Jésus est appelé “roi” (cf. Jn 19,19).

La liberté de Jésus vient de la vérité

Le Pape a ensuite mis en lumière la liberté du Christ et en a défini les contours, rappelant qu’Il libère les cœurs. «Jésus se montre souverainement libre du désir de renommée et de gloire terrestre». Non seulement Jésus fuit toute quête de grandeur mondaine, mais Il rend le cœur de ceux qui le suivent libre et souverain, a affirmé le saint-Père, qui s’exprimait entouré de deux jeunes romains.

«Lui, chers frères et sœurs, nous libère de l'asservissement au mal. Son royaume est libérateur, il n'a rien d'oppressant. Il traite chaque disciple comme un ami, et non comme un sujet» et «ne trace pas de lignes de séparation entre lui et les autres mais désire avoir des frères avec lesquels il puisse partager sa joie» (cf. Jn 15,11).

Jésus veut des personnes libres

«Savons-nous imiter le Christ?», a interpellé le Pape, s’adressant aux fidèles rassemblés place Saint-Pierre. «Savons-nous comment gouverner notre tendance à être continuellement approuvés, ou faisons-nous tout pour être estimés par les autres? Dans ce que nous faisons, en particulier dans notre engagement chrétien, les applaudissements ou le service comptent-ils?».

En suivant le Christ, «on ne perd pas, mais on gagne en dignité», a déclaré le saint-Père, parce qu’ «Il ne veut pas de servilité autour de lui, mais des personnes libres». Et cette liberté de Jésus nous la découvrons en revenant à sa déclaration devant Pilate: "Je suis roi”. “Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci: rendre témoignage à la vérité” (Jn 18,37).

Le Christ libère de la duplicité et de l’hypocrisie

La liberté de Jésus vient de la vérité, a insisté le Pape, et “la vérité vous rendra libres”. (cf. Jn 8, 32). Elle n’est pas une idée, quelque chose d'abstrait, a-t-il poursuivit, c'est une réalité, «c'est Lui-même qui fait la vérité en nous, il nous libère des faussetés que nous avons en nous. En étant avec Jésus, nous devenons vrais». «La vie d'un chrétien n'est pas une récitation dans laquelle vous pouvez porter le masque qui vous convient le mieux. Car lorsque Jésus règne dans le cœur, il le libère de l'hypocrisie, du subterfuge, de la duplicité».

Le Christ est notre roi car il permet le détachement de ce qui pollue la vie, la rendant ambiguë, opaque, triste, a indiqué le Pape, reconnaissant que «nous devons toujours accepter nos limites et nos défauts. Nous sommes tous des pécheurs, mais corrompus jamais!», s’est-il exclamé, concluant sur cet appel à nous placer sous la protection du Christ, pour ne pas devenir corrompus, faux, et enclins à dissimuler la vérité.

Revoir l'Angélus en intégralité
21 novembre 2021, 12:22

L'Angélus est une prière en mémoire du Mystère de l’Incarnation du Christ, récitée trois fois par jour : à six heures le matin, à midi et le soir vers dix-huit heures, au moment où sonne la cloche de l’Angélus. Son nom Angelus dérive du premier verset de la prière en latin : Angelus Domini nuntiavit Mariae. Elle consiste en une lecture brève de trois textes simples sur l’Incarnation du Christ, et la récitation de trois «Je vous salue Marie». Cette prière est récitée par le Pape tous les dimanches et les jours de fête à midi place Saint Pierre. Avant de réciter la prière, le Pape prononce un bref discours se référant aux Lectures du jour. Après la prière, il salue les pèlerins.

Entre Pâques et Pentecôte, l’Angélus cède sa place au Regina Coeli, une prière qui fait mémoire de la résurrection de Jésus Christ, et à la fine de laquelle le Gloria est récité trois fois.

Angelus / Regina Coeli récents

Tout lire >