Recherche

Vatican News
Le Pape François entouré des membres de l'Académie de Suède Le Pape François entouré des membres de l'Académie de Suède  (Vatican Media)

Le Pape: la rencontre et le dialogue, un mode de vie qui aide à l'amitié sociale

Lors de son audience avec les membres de l'Académie suédoise qui décerne les prix Nobel, François rappelle que le dialogue social est la «voie royale vers une nouvelle culture» car il suppose un respect sincère de l'autre.

Benedetta Capelli - Cité du Vatican

La pandémie a mis le dialogue à rude épreuve et les réseaux sociaux risquent de le réduire à de «multiples monologues». Le Pape François, qui a reçu l'Académie de Suède, fondée en 1786 par le roi Gustave III, s'est attardé sur ces concepts, rappelant que «chaque petit pas» est important pour se rapprocher des autres, que le dialogue «n'est pas synonyme de relativisme» et qu'une société est noble lorsqu'elle cultive la recherche de la vérité et reconnaît la dignité de chaque être humain.

«Avec vous, Académiciens, qui gardez, pour ainsi dire, le “pouls” de la dynamique culturelle, et qui décernez les prestigieux prix Nobel, je voudrais partager ce choix du dialogue social comme voie royale vers une nouvelle culture. Le développement envahissant des médias sociaux risque de remplacer le dialogue par une multiplicité de monologues, souvent sur un ton agressif. En revanche, le dialogue social présuppose la capacité de respecter le point de vue de l'autre avec sincérité et sans dissimulation.»

L'absence de dialogue favorise une culture de l'indifférence

«Je suis sûr que vous aussi, vous avez constaté que la longue crise pandémique met à rude épreuve votre capacité à dialoguer avec les autres», a observé François. Cette situation est due au confinement, mais aussi aux changements qui se sont opérés «en chacun de nous, même inconsciemment». On devient méfiant, distant, fermé et fatigué quand on travaille ensemble, a noté l’évêque de Rome.

«La première chose à faire est donc de prendre conscience de cette réalité, qui menace chacun de nous en tant que personne, affaiblit notre capacité de relation et appauvrit la société et le monde. Même involontairement, cette tendance risque de faire le jeu de la culture de l'indifférence.»

De petits pas, mais d'une grande importance

Cette préoccupation du Pape est partagée par l’Académie suédoise. En témoignent les paroles de son président, qui font écho à celles de François : «en temps de crise, chaque petit pas qui peut rapprocher les êtres humains des autres est d'une grande importance

«C'est la pratique quotidienne de la rencontre et du dialogue : un mode de vie qui ne fait pas les gros titres, mais qui aide la communauté humaine à avancer, à grandir dans l'amitié sociale. L'encyclique Fratelli tutti contient un chapitre - le sixième - consacré à ce choix : “Dialogue et amitié sociale”».

«Le dialogue, a ajoutéle Pape, n'est pas synonyme de relativisme ; au contraire, une société est d'autant plus noble qu'elle cultive la recherche de la vérité». Celle-ci prend racine lorsqu'elle reconnaît que «tout être humain possède une dignité inaliénable». Et de conclure en affirmant que ce principe peut être partagé par les croyants et les non-croyants.

19 novembre 2021, 14:17