Recherche

Vatican News
Festival des jeunes à Medjugorje - archives 2019 Festival des jeunes à Medjugorje - archives 2019 

Le Pape aux jeunes de Medjugorje: ayez le courage de suivre le Christ, la vraie joie

François a adressé un message aux jeunes réunis à l’occasion du Festival des jeunes, rencontre annuelle de prière qui se tient du 1er au 6 août dans cette ville de Bosnie-Herzégovine. En les confiant au modèle de Marie et à son «Fiat», le Souverain Pontife les invite à croire à la plénitude et au vrai bonheur que procure le don de soi à Dieu, libre de tout attachement.

Gabriella Ceraso - Cité du Vatican

«Que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ?» Les paroles du jeune homme riche dont parlent les évangiles synoptiques (cf. Mt 19, 16-22 ; Mc 10, 17-22 ; Lc 18, 18-23), celui qui «s'est mis en route, ou plutôt a couru à la rencontre du Seigneur, pour hériter de la vie éternelle, c'est-à-dire du bonheur», sont le fil conducteur du Festival des jeunes qui se déroule à Medjugorje jusqu'au 6 août. Dans son message aux participants à cette rencontre, le Pape prend ces mots comme point de départ et indique immédiatement le chemin: «C'est une parole qui nous place devant le Seigneur; et Il fixe son regard sur nous, Il nous aime et nous invite “Venez ! Suivez-moi !” (Mt 19, 21)".

Une occasion de rencontrer Jésus

Le Festival des jeunes, affirme le Pape, est en effet une «semaine de prière et de rencontre avec Jésus-Christ, en particulier dans sa Parole vivante, dans l'Eucharistie, dans l'adoration et dans le Sacrement de la Réconciliation», qui a le pouvoir de «nous mettre en route vers le Seigneur». Ainsi, ce jeune homme de l'Évangile, dont nous ne connaissons pas le nom mais dont nous connaissons l'âme, devient l'emblème de tous ceux qui participent à cet événement.

Ce jeune, rappelle le Pape, «éduqué et bien instruit», était animé d'une «saine agitation qui le poussait à chercher le vrai bonheur, la vie dans sa plénitude», pour cette raison il s'est mis en route et en Jésus-Christ il a trouvé un guide «plein d’autorité, crédible et fiable» qui l'a «dirigé vers Dieu, qui est le Bien unique et suprême d'où vient tout autre bien». La vie éternelle, le bien auquel il aspire, n'est certainement pas un bien matériel à conquérir avec «ses propres forces», mais à travers des étapes à franchir que François indique aux jeunes.

Les étapes de la vie éternelle: aimer son prochain

La première étape, indiquée par Jésus, est «l'amour concret pour le prochain», mais pas l'amour donné par l'observation des préceptes, mais un amour «libre et total».  En effet, Jésus remarque le «désir de plénitude que le jeune porte dans son cœur», mais aussi son «point faible», qui est son attachement à «beaucoup de biens matériels». C'est pourquoi, dans un deuxième temps, «il lui propose de passer de la logique du “mérite” à celle du don»:

«Si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel» (Mt 19,21). Jésus change la perspective: il l'invite à ne pas penser à s'assurer l'au-delà, mais à tout donner dans sa vie terrestre, imitant ainsi le Seigneur. C'est un appel à une plus grande maturité, à passer des préceptes observés pour obtenir des récompenses à l'amour libre et total. Jésus lui demande de laisser derrière lui tout ce qui alourdit le cœur et fait obstacle à l'amour. Ce que Jésus propose n'est pas tant un homme dépouillé de tout qu'un homme libre et riche en relations

Être libre de tout attachement

Si le cœur est encombré de biens, explique le Pape, le Seigneur et le prochain ne deviennent que des «choses», car «trop d'avoir et trop de vouloir» nous étouffent, «nous rendent malheureux et incapables d'aimer».

D'où la troisième étape que Jésus propose au jeune homme, et qui est un choix radical: «Viens ! Suivez-moi !». Il s'agit d' «être disciples de Jésus», ce qui ne signifie pas l'imiter extérieurement mais «se conformer à Lui en profondeur», en recevant en retour «une vie riche et heureuse, pleine de visages de nombreux frères et sœurs, de pères et mères et d'enfants», comme le dit l'Évangile:

«Suivre le Christ n'est pas une perte, mais un gain incalculable, tandis que le renoncement concerne l'obstacle sur le chemin. Ce jeune homme riche, cependant, a le cœur partagé entre deux maîtres: Dieu et l'argent. La peur de risquer et de perdre ses biens fait qu'il rentre chez lui triste.»

Se lier au Christ pour être heureux: dire oui sans réserve

Triste, donc, car «il n'a pas trouvé le courage d'accepter la réponse, qui est la proposition de se “délier” de lui-même et des richesses pour se “lier” au Christ, pour marcher avec Lui et découvrir le vrai bonheur». C'est donc ce que le Pape, s'inspirant de l'Évangile, demande aux jeunes qui, cette semaine, veulent faire un voyage intérieur:

«Ayez le courage de vivre votre jeunesse en vous confiant au Seigneur et en vous mettant en route avec Lui. Laissez-vous conquérir par son regard d'amour qui nous libère de la séduction des idoles, des fausses richesses qui promettent la vie mais apportent la mort. N'ayez pas peur d'accueillir la Parole du Christ et d'accepter son appel. Ne vous découragez pas comme le jeune homme riche de l'Évangile ; fixez plutôt votre regard sur Marie, le grand modèle de l'imitation du Christ, et confiez-vous à celle qui, avec son “me voici”, a répondu sans réserve à l'appel du Seigneur

Marie modèle pour la vie de nous tous

Que Marie, à l'intercession maternelle de laquelle le Pape confie les jeunes présents au Festival, soit la source de la «force» dans laquelle nous puisons pour dire notre «me voici», mais aussi un modèle pour «porter le Christ au monde» et pour «transformer notre vie en un don pour les autres». Comme Elle, efforçons-nous, demande le Pape, «d'être attentifs aux autres et de découvrir dans la volonté de Dieu notre joie, en l'accueillant même si elle n'est pas facile mais dans la certitude qu'elle nous rend heureux».

«Oui, la joie de l'Évangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus. Ceux qui se laissent sauver par Lui sont libérés du péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l'isolement. La joie naît et renaît toujours avec Jésus-Christ», conclut le Saint-Père.

 

02 août 2021, 13:04