Recherche

Vatican News
SAO TOME AND PRINCIPE PRESIDENTIAL ELECTIONS

Zambie : Appel du Conseil national des laïcs à renforcer la démocratie

En Zambie, le Conseil national des laïcs catholiques a lancé un projet intitulé « Renforcer la démocratie en Zambie » en vue des élections générales qui auront lieu le 12 août prochain.

Donatien Nyembo SJ – Cité du Vatican

« Renforcer la démocratie en Zambie » : tel est le titre du projet lancé le 14 juillet par le Conseil national des catholiques en vue des élections générales qui auront lieu le 12 août prochain pour choisir le chef de l'Etat et les membres de l'Assemblée nationale. « En tant qu'Église catholique », a expliqué le père Cornelius Chibamba, coordinateur de la Pastorale nationale, « nous exhortons les laïcs à être notre lumière dans le processus démocratique et nous les invitons à faire partie intégrante du processus pré-électoral également ». Il est juste, at-il estimé, que les laïcs catholiques sont également en lice pour des sièges politiques. De cette façon, en effet, ils peuvent faire en sorte que l'Église, en tant que sanctificateur des maux de la société, soit bien représentée parmi les dirigeants politiques.

Le vote, un droit et un devoir

Le programme vise à informer les électeurs à s'inscrire sur les listes électorales et à comprendre l'importance de l'éducation civique. « Il y a beaucoup de gens », a souligné le père Chibamba, «  qui ne sait pas tout le processus démocratique et ne sait pas quoi faire pour les élections. Pour cette raison, il est également de la responsabilité des laïcs catholiques d'utiliser leur temps, leur énergie et leurs ressources pour garantir que ces personnes les plus défavorisées peuvent exercer leur droit de vote, selon les principes de la démocratie  ».

«  Le rôle de l'Église, a ajouté le coordinateur pastoral national, est d'éduquer les gens sur l'ensemble du processus démocratique, afin qu'ils pourraient prendre des décisions valables sur la base de ce qu'ils ont compris et approfondi dans les programmes des différents candidats  ». Le religieux zambien a également appelé à la justice et à l'équité, afin que «  chacun ait une chance égale de participer librement et équitablement aux élections  ».

Le rendez-vous du 12 août

Le 12 août, les élections seront disputées par le Front patriotique (PF), dirigé par le président Edgar Chagwa Lungu, qui cherche à se faire réélire pour un second mandat de cinq ans, et les différentes oppositions, parmi lesquelles le principal antagoniste est le Parti uni pour le développement national (UPND), dirigé par Hakainde Hichilema.

Il ya cinq ans, en effet, les élections présidentielles ont été prononcées par des affrontements, des violences et la censure de la liberté de la presse, alors qu'il s'agissait des premières élections tripartites depuis l'introduction du multipartisme dans le pays en 1991, à la fin de la longue présidence de Kenneth Kaunda. L'année 2020 a également été marquée par un débat animé entre le Front patriotique et les forces d'opposition, qui accusent l'exécutif de corruption et d'autres activités illégales, telles que le trafic illégal de bois, les contrats attribués selon des critères inconnus, l'attribution de nouvelles concessions minières à des sociétés étrangères et la gestion non transparente des fonds publics. En outre, la pandémie de Covid-19 a provoqué jusqu'

L'alarme d'Amnesty International

Il également de noter qu'Amnesty International a récemment publié un rapport sur la situation dans le pays, intitulé "Gouverner par la peur et la répression" (gouverner par la peur et la répression), dans lequel sont formulées certaines réflexions concernant le respect des droits de l'homme au niveau national pour la période 2012-2020.

Le rapport rencontré notamment en évidence plusieurs violations du droit à la vie perpétrées par la police, qui a agi à plusieurs reprises de manière excessive et indiscriminée. La liberté d'association a également été restreinte par les lois dites "Ngo Act" et "Society Act",qui permet essentiellement au ministère de l'Intérieur de décider d'enregistrer ou non une association sur la base de critères d'éligibilité établis par l'exécutif en place. De même, le droit de manifester a été restreint par l'utilisation de la loi sur l'ordre public, qui accorde uniquement à la police le pouvoir d'accorder ou de refuser l'autorisation d'une manifestation particulière, tout comme la liberté d'expression a été restreinte par l'utilisation d'une loi qui punit la diffamation du président de la République, mais qui a été utilisée pour harceler les voix qui critiquent le gouvernement. 

 

19 juillet 2021, 14:15