Recherche

Vatican News
Le cardinal Bergoglio - futur Pape François - saluant des habitants de Buenos Aires dont il était alors archevêque. Le cardinal Bergoglio - futur Pape François - saluant des habitants de Buenos Aires dont il était alors archevêque. 

François: la voix du peuple ne doit pas être absente de l'Église ni de la société

Dans un message vidéo, le Pape adresse ses remerciements pour plus de 100 000 messages de vœux reçus à l’occasion de ses huit années de son pontificat. Ils ont été envoyés grâce à une initiative promue par le père Pepe, le prêtre argentin des "villas miserias".

Alessandro De Carolis - Cité du Vatican

Personnalités politiques et habitants des bidonvilles, prêtres et artistes, syndicalistes et sportifs, des palais du pouvoir de Buenos Aires aux maisonnettes d'un quartier de banlieue, tous unis par un dénominateur commun: une grande estime et de l’admiration pour le Pape François. Tous ont voulu mettre sur papier une pensée, un souhait qui exprime ces sentiments et les envoyer à l'autre bout du monde, à la Maison Sainte-Marthe, où réside le Souverain Pontife.

«Il s'est passé quelque chose à laquelle je ne m'attendais pas, et je tiens à vous en remercier. Il y a un groupe idéal qui ne se connaît pas mais qui est peut-être uni par de bons vœux, qui s'appelle "Génération François" et qui, d'une certaine manière, suit les choses que je fais, les choses que je dis et qui m'aime plus ou moins, qui ne m'insulte pas, qui ne dit pas de mal de moi et qui utilise les choses que je dis pour faire le bien», explique le Pape François.

Le message-vidéo du Pape (en espagnol uniquement)

Au début de son message vidéo, le Saint-Père révèle le profil de ce groupe bigarré au nom «excessif» de "Génération François", qui fait de la «culture de la rencontre» un choix de vie quotidien. Et qui a profité de l'anniversaire de son pontificat, célébré pour la huitième fois le 13 mars dernier, pour rejoindre l’initiative du père José María Di Paola, surnommé "Padre Pepe" pour qui le connaît - et beaucoup le connaissent dans les "villas miserias" (bidonvilles) de Buenos Aires. Le prêtre, âgé de 59 ans, a lancé sous le slogan "Prophète de notre terre" une collecte de messages de vœux pour François. Au total, plus de 100 000 ont été rassemblés, et continuent de l’être grâce aux réseaux sociaux. Le chœur inattendu de ces voix a touché des cordes profondes chez le Pape, toujours sensible à la parole du peuple.

«Nous sommes souvent habitués à prendre des décisions sans consulter le peuple (...) aussi bien dans la vie paroissiale, lorsque le curé ne consulte pas le peuple; que dans la vie de la province, lorsque le gouverneur ne consulte pas le peuple; que dans le diocèse, lorsque l'évêque ne consulte pas le peuple; que dans la nation, lorsque les autorités ne consultent pas le peuple, même pour les lois importantes et discutées qui concernent la morale et que le peuple est le grand absent», souligne le Souverain Pontife.

Pour François, le geste du Padre Pepe, «capable d'émouvoir les cœurs simplement parce qu'il est authentique», a justement permis de solliciter la «ressource» que constitue l'écoute du peuple. La seule, dit-il, véritablement «souveraine», car l'autorité est légitimée par le peuple.

«N'oubliez pas que vous ne vous trompez jamais si vous consultez le peuple, dans l'ordre civil toujours, et que vous ne vous trompez jamais si vous consultez le saint peuple fidèle de Dieu dans l'Église (...) qui perpétue la foi et la porte dans son propre dialecte», conclut le Saint-Père.

01 avril 2021, 16:00