Recherche

Vatican News

Dans les ruines de Mossoul, la prière du Pape pour les victimes de la guerre

Le Saint-Père s'est rendu, dimanche matin, au cœur de la capitale de la province de Ninive, ville martyre qui fut jusqu'en 2017 l'une des bases de l'État islamique. Il y a présidé une prière , implorant le pardon «pour tous ceux qui ont fait du mal à leurs frères et à leurs sœurs».

Olivier Bonnel-Cité du Vatican

Après avoir atterri à Erbil, capitale du Kurdistan irakien, dimanche matin, le Pape François s'est rendu dans la ville de Mossoul, capitale de la province de Ninive et chef-lieu de la Haute-Mésopotamie. Le Saint-Père a présidé une prière en hommage aux victimes de la guerre qui a dévasté le pays et cette ville martyre en particulier. 

L'image était particulièrement forte: la tribune installée pour accueillir le Saint-Père a été placée sur une place où figurent les ruines de quatre églises détruites par Daesh, parmi lesquelles l'église catholique de l'Immaculée Conception, symbole des destructions d'une ville qui fut occupée par l'État islamique de 2014 à 2017 et qui fut le théâtre de l'exil de nombreux habitants, chrétiens en particulier. François a été d'abord salué par Mgr Michael Najeeb, l'archevêque chaldéen de la ville et deux personnes, un prêtre catholique et un musulman qui ont livré un témoignage sur la paix et la coexistence entre les religions. 

La coexistence, cœur de l'identité de la ville

«La diminution tragique des disciples du Christ, ici et dans tout le Moyen-Orient, est un dommage incalculable non seulement pour les personnes et les communautés intéressées, mais pour la société elle-même qu’ils laissent derrière eux, a expliqué le Pape en référence à la fuite de nombreux chrétiens. «Un tissu culturel et religieux aussi riche de diversité est affaibli par la perte de n’importe lequel de ses membres, aussi petit soit-il. Comme dans un de vos tapis artistiques, un petit fil arraché peut endommager l’ensemble», a noté le Saint-Père.

Le Pape François a ensuite pris la parole pour rappeler la douleur des destructions des combats qui ont ensanglanté cette terre. «Aujourd’hui nous élevons nos voix en prière vers Dieu Tout-Puissant pour toutes les victimes de la guerre et des conflits armés. Ici à Mossoul, les tragiques conséquences de la guerre et des hostilités ne sont que trop évidentes».

Une tempête inhumaine et destructrice

«Comme il est cruel que ce pays, berceau de civilisations, ait été frappé par une tempête aussi inhumaine, avec d’antiques lieux de culte détruits et des milliers et des milliers de personnes – musulmanes, chrétiennes, yézidies et autres – anéanties cruellement par le terrorisme, déplacées de force ou tuées !» a lancé le Souverain Pontife.

Aujourd’hui, malgré tout, a t-il poursuivi «nous réaffirmons notre conviction que la fraternité est plus forte que le fratricide, que l’espérance est plus forte que la mort, que la paix est plus forte que la guerre. Cette conviction parle d’une voix plus éloquente que celle de la haine et de la violence; et jamais elle ne pourra être étouffée dans le sang versé par ceux qui pervertissent le nom de Dieu en parcourant des chemins de destruction».

Ce moment particulièrement émouvant s'est achevé par l'inauguration d'une stèle commémorative et par le lancé d'une colombe, symbole d'une paix retrouvée. 

Voici la prière du Saint-Père pour les victimes de la guerre: 

«Dieu très haut, Seigneur du temps et de l’histoire, par amour tu as créé le monde et tu ne cesses jamais de déverser tes bénédictions sur tes créatures. Toi, au-delà de l’océan de la souffrance et de la mort, au-delà des tentations de la violence, de l’injustice et du gain inique, accompagne tes fils et tes filles avec un tendre amour de Père.

Mais nous les hommes, ingrats à l’égard de tes dons et distraits par nos préoccupations et par nos ambitions trop terrestres, nous avons souvent oublié tes desseins de paix et d’harmonie. Nous nous sommes enfermés en nous-mêmes et dans nos intérêts partisans et, indifférents à toi et aux autres, nous avons fermé les portes à la paix. S’est ainsi répété ce que le prophète Jonas avait entendu dire de Ninive : la méchanceté des hommes est montée jusqu’au ciel (cf. Jon 1, 2). Nous n’avons pas élevé des mains pures vers le Ciel (cf.1 Tm 2, 8), mais de la terre est monté une fois encore le cri du sang innocent (cf. Gn 4, 10). Les habitants de Ninive, dans le récit de Jonas, ont écouté la voix de ton prophète et ont trouvé le salut dans la conversion. Nous aussi, Seigneur, alors que nous te confions les nombreuses victimes de la haine de l’homme contre l’homme, nous invoquons ton pardon et nous implorons la grâce de la conversion:

Kyrie eleison ! Kyrie eleison ! Kyrie eleison !

Seigneur notre Dieu, dans cette ville, deux symboles témoignent du perpétuel désir de l’humanité de se rapprocher de toi : la mosquée Al-Nouri avec son minaret Al Hadba, et l’église Notre Dame de l’horloge. C’est une horloge qui depuis plus de cent ans rappelle aux passants que la vie est brève et que le temps est précieux. Apprend-nous à comprendre que tu nous as confié ton dessein d’amour, de paix et de réconciliation, afin que nous le réalisions dans le temps, au cours du bref passage de notre vie terrestre. Fais-nous comprendre que c’est seulement en le mettant en pratique sans délai, que cette ville et ce pays pourront être reconstruits et que les cœurs déchirés par la douleur pourront être guéris. Aide-nous à ne pas passer notre temps au service de nos intérêts égoïstes, personnels ou de groupe, mais au service de ton dessein d’amour. Et quand nous nous égarons, fais que nous puissions écouter la voix des vrais hommes de Dieu et nous ressaisir à temps, pour ne pas nous laisser ruiner encore par la destruction et la mort.

Nous te confions ceux dont la vie terrestre a été écourtée par la main violente de leurs frères, et nous t’implorons aussi pour tous ceux qui ont fait du mal à leurs frères et à leurs sœurs : qu’ils se repentent, touchés par la puissance de ta miséricorde.

Requiem æternam dona eis, domine, et lux perpetua luceat eis.

Requiescant in pace. Amen.»

Le père Olivier Poquillon, dominicain français en poste à Mossoul, nous a confié sa réaction quelques instants après la visite du Pape:

Entretien avec le frère Olivier Poquillon
07 mars 2021, 08:10