Recherche

Vatican News
Inauguration de l'année judiciaire au Vatican, samedi 27 mars 2021. Inauguration de l'année judiciaire au Vatican, samedi 27 mars 2021.   (Vatican Media)

Le Pape François ouvre l’année judiciaire au Vatican

Le Pape a prononcé un discours à l'occasion de l'ouverture de la 92ème année judiciaire du tribunal de la Cité du Vatican, samedi 27 mars 2021, en présence notamment du président du Conseil italien, Mario Draghi. Il a annoncé de nouvelles mesures à venir sur la répression des délits financiers, encouragé les membres de l’institution dans leur mission, et rappelé que «la vraie justice» n’existe qu’au ciel.

Pour la deuxième année consécutive, le Pape participe à l'ouverture de l'année judiciaire au Vatican, «animé d'un sentiment de gratitude et de reconnaissance», car «je sais combien votre activité est exigeante, parfois ardue, et que vous exercez quotidiennement pour favoriser l'ordre des relations interpersonnelles et sociales, qui trouvent leur équilibre dans l'œuvre de justice», a-t-il d’abord assuré aux membres du Tribunal.

Nouvelles réformes pénales, luttes contre les délits financiers

Les changements normatifs ont caractérisé le système du Vatican ces dernières années. Pour le Pape, ils seront plus fructueux dans la mesure où ils s'accompagneront «de nouvelles réformes dans le domaine pénal, surtout dans la lutte et la répression des délits financiers, et de l'intensification d'autres activités visant à faciliter et à accélérer la coopération internationale entre les organes d'enquête du Vatican et les institutions similaires des autres pays, ainsi que des initiatives prises par la police judiciaire de notre État». 


À cet égard, il est désormais urgent d'identifier et d'introduire, par le biais de règlements ou de protocoles d'accord appropriés, de nouvelles formes de coopération plus incisives, comme le demandent les institutions de surveillance des marchés financiers opérant au niveau international, a enjoint le Primat d’Italie, déplorant parfois «un manque de rapidité exigé par la dynamique de l’enquête».

 «J'exhorte tout le monde à ce que les initiatives récemment entreprises et celles qui le seront pour la transparence absolue des activités institutionnelles de l'État du Vatican, en particulier dans le domaine économique et financier, puissent toujours s'inspirer des principes fondateurs de la vie ecclésiale et, en même temps, tenir dûment compte des paramètres et des «bonnes pratiques» en vigueur au niveau international, et apparaître comme exemplaires, comme l'exige une réalité telle que l'Église catholique», a enfin encouragé le Saint-Père.

Solidité de foi, cohérence dans les actions

Le Pape exhorte donc tous ceux qui travaillent dans ce domaine, et occupent des fonctions institutionnelles, à se comporter d'une manière qui, «tout en dénotant un repentir actif -si nécessaire- à l'égard du passé, soit également irréprochable et exemplaire pour le présent et l'avenir».

Et François d’insister sur l’exigence d’égalité entre les membres de l ‘Église dans le système procédural. «Cela exige une solidité de la foi et une cohérence dans le comportement et les actions.»

«Dans cette perspective et avec ces objectifs, le fait d'être marginaux dans la dynamique des relations économiques ne nous dispense pas, ni en tant que communauté de fidèles ni en tant qu'individus, d'un devoir particulier de témoignage», a-t-il poursuivi, rappelant la nécessité de porter «un témoignage concret et crédible» de l'immense patrimoine de valeurs qui caractérise la mission de l'Église, son rôle de «sel et de lumière» dans la société et dans la communauté internationale, surtout dans les moments de crise comme actuellement.

Un exemple de Magistère social

Invitant à donner un bon exemple de l’Église dans son Magistère social, le Pape a exhorté les membres du Tribunal et tous ceux qui sont appelés à travailler à la cause de la justice -une vertu cardinale éminente- «à ne pas craindre de perdre du temps en en consacrant une bonne partie à la prière».  

En effet, «c'est dans la prière, et seulement dans la prière, que nous puisons en Dieu, dans sa Parole, cette sérénité intérieure qui nous permet d'accomplir nos tâches avec magnanimité, équité et clairvoyance.»

«Au Ciel, existe la vraie justice»

Le Souverain pontife argentin s’est ensuite arrêté sur la représentation picturale de la Justice, qui, d'une main, veut peser des intérêts ou des situations opposés avec la balance et qui, de l'autre main, est prête à défendre le droit avec l'épée.

Il a souligné comment l'iconographie chrétienne ajoute, elle, ensuite à la tradition artistique précédente un détail de grande importance: les yeux de la Justice ne sont pas bandés, mais tournés vers le haut, et ils regardent le Ciel, «car c'est seulement au Ciel qu'existe la vraie justice», en a conclu le Pape.


27 mars 2021, 11:45