Recherche

Vatican News
À Rome, les drapeaux sont en berne sur la façade du Quirinal, le palais de la Présidence italienne, le 23 février 2021. À Rome, les drapeaux sont en berne sur la façade du Quirinal, le palais de la Présidence italienne, le 23 février 2021.   (AFP or licensors)

Le Pape salue «le témoignage exemplaire» de l’ambassadeur tué en RDC

Le Pape François a adressé ce 23 février un télégramme de condoléances au Président de la République italienne Sergio Matarella, au lendemain de l’attaque qui a coûté la vie à l’ambassadeur d’Italie en République Démocratique du Congo (RDC), à un gendarme et à leur chauffeur dans la région de Goma.

Le Souverain Pontife, en retrait cette semaine en raison d’exercices spirituels, déclare avoir appris«avec tristesse» «l’attaque tragique» survenue hier dans le parc national des Virunga, à 25 kilomètres environ de Goma, la capital de la province du Nord-Kivu en République Démocratique du Congo.

Trois personnes sont mortes dans cette embuscade qui a visé dans la matinée le convoi de deux véhicules du Programme Alimentaire Mondial: l’ambassadeur d’Italie en RDC, Luca Attanasio, âgé de 43 ans, un carabinier italien, Vittorio Iacovacci, 30 ans, et leur chauffeur congolais, Mustapha Milambo.

«Rien ne se perd du bien accompli»

Le Pape tient à présenter ses «sincères condoléances à leurs familles, au corps diplomatique et aux carabiniers pour la perte de ces serviteurs de la paix et du droit». François salue «le témoignage exemplaire de l’ambassadeur, une personne aux qualités humaines et chrétiennes exceptionnelles, toujours généreuse pour établir des relations fraternelles et cordiales» et pour œuvrer à la paix dans le pays. Le carabinier est quant à lui décrit par le Pape comme «expérimenté et généreux dans son service, et proche de la fondation d’une nouvelle famille».

L’évêque de Rome assure prier pour «ces nobles fils de la nation italienne», et encourage le président Matarella à se «fier à la Providence de Dieu, entre les mains duquel rien ne se perd du bien accompli», d’autant plus lorsqu’il est le fruit de la «souffrance» et du «sacrifice».

Le Saint-Père conclut son télégramme en adressant sa bénédiction à Sergio Matarella, aux parents, aux collègues des victimes, et «à tous ceux qui pleurent ces pertes». 


23 février 2021, 19:18