Recherche

Vatican News

La Parole de Dieu, "la lettre d’amour écrite par Celui qui nous connait"

La Parole de Dieu «semée dans le terrain de notre cœur, nous amène à semer l’espérance à travers la proximité» et la «force universelle» de la Parole est qu’«elle rejoint tout le monde et tous les domaines de la vie» a expliqué, au nom du Pape, le président du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation qui célébrait ce dimanche la deuxième messe du Dimanche de la Parole.

Institué par le Pape François en septembre 2019, le "Dimanche de la Parole de Dieu" se tient chaque 3ème dimanche du temps ordinaire, pour «célébrer, réfléchir et proclamer la Parole de Dieu». Cette année, la messe a été présidée par Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation. La salle de presse du Saint-Siège a fait savoir ce samedi, dans un communiqué, que le Pape souffrait de nouveau d'une sciatique.

«En ce dimanche de la Parole nous écoutons Jésus qui annonce le Règne de Dieu. Voyons ce qu’il dit et à qui il le dit» expose d’emblée Mgr Rino Fisichella dans l’homélie préparée par le Pape François pour cette messe.

Dieu ne se détachera jamais de l’humanité

Que dit Jésus dans l’Evangile selon Marc de ce dimanche 24 janvier? «Les temps sont accomplis: le règne de Dieu est tout proche» (Mc 1, 15). Jésus commence à prêcher en évoquant la proximité de Dieu. En effet, Il «ne demeure pas, comme nous sommes souvent tentés de penser, là-haut dans les cieux, lointain, séparé de la condition humaine, mais il est avec nous» explique le président du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation.  

À partir du moment où Jésus s’est fait homme, Dieu «ne se détachera jamais de notre humanité et ne se lassera jamais d’elle». Voilà le leitmotiv de l’annonce de Jésus: Dieu est proche, et «si c’est le commencement et le refrain de la prédication de Jésus, poursuit le prélat italien au nom du Pape, cela ne peut qu’être la constante de la vie et de l’annonce chrétienne». Ainsi, avant toute autre chose «il sera cru et annoncé que Dieu s’est approché de nous, que nous avons été graciés, “bénéficiaires de la miséricorde”».

Parole de consolation et de conversion

La Parole de Dieu permet de toucher du doigt cette proximité, «c’est l’antidote à la peur de rester seuls devant la vie». Par sa Parole, le Seigneur con-sola (en Italien), il est avec celui qui est seul, mais si la Parole de Dieu donne la paix, «elle ne laisse pas en paix» explique Mgr Fisichella. C’est également une parole de conversion. Fort de la proximité de Dieu, le temps où l’on prend ses distances avec Dieu et avec les autres est fini. «Celui qui fait l’expérience de la proximité de Dieu ne peut pas mettre à distance le prochain, ne peut pas l’éloigner dans l’indifférence», cela n’est pas chrétien. Pour le Pape, celui qui fréquente la Parole de Dieu reçoit ainsi «des retournements existentiels salutaires». La vie n’est pas le temps de se méfier de l’autre mais celui de la rencontre. «Ainsi la Parole, semée dans le terrain de notre cœur, nous amène à ‘semer l’espérance à travers la proximité’. Tout comme Dieu fait avec nous».

La Parole pour tous et partout

Dans un second temps, l’homélie préparée par François, propose d'observer à qui parle Jésus. Il s’adresse à de simples pécheurs, travaillant durement nuit et jour. «Ils n’étaient pas experts dans les Ecritures» et vivaient en Galilée, «une région composite, avec différents peuples, ethnies et cultes: l’endroit le plus éloigné de la pureté religieuse de Jérusalem». Jésus commence ainsi à prêcher non pas «par le centre, mais par la périphérie» pour montrer que «personne n’est en marge du cœur de Dieu», «tous peuvent recevoir sa Parole et le rencontrer en personne».

À la différence de Jean, qui accueillait les gens dans le désert, Jésus parle de Dieu au cœur de la société, «à tous, là où ils sont», «dans les endroits et dans les moments les plus ordinaires». Ici réside selon le Pape, la «force universelle» de la Parole de Dieu: elle rejoint tout le monde et tous les domaines de la vie.

Autre force particulière de la Parole, elle affecte chacun de manière directe, personnelle. Jésus n’adresse pas à Pierre et André «des discours élevés et inaccessibles», il ne leur demande pas de devenir ses Apôtres pour être envoyés dans le monde afin d’annoncer l’Evangile, les prévenant d’emblée qu’ils seraient tués mais deviendraient saints. André et Pierre auraient sans doute décliner l’offre. «Jésus les appelle au contraire à partir de leur vie: “Vous êtes pêcheurs, vous deviendrez pêcheurs d’hommes”». Le Seigneur vient chercher les hommes là où ils sont, les aime comme ils sont, et «avec patience accompagne nos pas». «Avec sa Parole il veut nous faire changer de cap, afin que nous arrêtions de vivoter et que nous prenions le large à sa suite», explique au nom du Pape Mgr Fisichella.

La force d’éteindre la télévision pour s’imprégner de la Parole

Ainsi, le chef de dicastère exhorte les fidèles, pour le compte du Saint-Père, à ne pas renoncer à la Parole de Dieu. «C’est la lettre d’amour écrite pour nous par Celui qui nous connaît comme personne d’autre: en la lisant, nous entendons à nouveau sa voix, nous contemplons son visage, nous recevons son Esprit». La Parole fait proche de Dieu, aussi il invite chacun à l’avoir en poche, dans son téléphone, de lui faire «une place digne» dans son foyer et, d’avoir «la force d’éteindre sa télévision» pour prendre le temps de s’en imprégner au début et à la fin de la journée, «pour que, parmi tant de paroles qui arrivent à nos oreilles, quelques versets de la Parole de Dieu arrive à notre cœur». Le Pape promet que la lecture de la Parole permettra «de sentir le Seigneur proche et nous donnera le courage sur le chemin de la vie.»

 

24 janvier 2021, 10:41