Recherche

Vatican News
Le Pape François lors de l'audience du 16 décembre 2020 Le Pape François lors de l'audience du 16 décembre 2020  (Vatican Media)

Audience : la prière d'intercession, antenne de Dieu

Lors de l'audience générale, le Pape François a poursuivi son cycle de catéchèse sur la prière en se penchant ce mercredi sur la prière d'intercession. Malgré la solitude de la prière, l'orant prie pour le monde, comme s'il était «une antenne de Dieu».

Xavier Sartre – Cité du Vatican

«Celui qui prie ne laisse jamais le monde derrière lui» : le Pape François est revenu ce mercredi matin, lors de l'audience générale, tenue dans la bibliothèque du palais apostolique, sur la prière d'intercession. «Si la prière ne recueille pas les joies et les douleurs, les espérances et les angoisses de l'humanité, elle devient une activité “décorative”, intimiste», a-t-il expliqué en introduction.

Prier Dieu, seul, dans l'intimité de sa chambre, ce n'est pas se couper de la réalité. Au contraire ! «les hommes et les femmes de prière cherchent la solitude et le silence, non pour ne pas être dérangés, mais pour mieux écouter la voix de Dieu». «Ils gardent la porte de leur cœur toujours ouverte», précise le Saint-Père qui poursuit : «Dans la solitude, on se sépare de tout et de tous pour retrouver tout et tous en Dieu. Ainsi, l’orant prie pour le monde entier, en portant sur ses épaules les douleurs et les péchés».

«La prière est notre coeur et notre voix, et elle se fait coeur et voix de tant de gens qui ne savent pas prier ou qui ne prient pas ou qui ne veulent pas prier ou qui est dans l'impossibilité de prier», poursuit le Pape. De cette manière, «c’est comme s’il était une “antenne” de Dieu dans ce monde» ajoute-t-il. «Quand nous prions nous sommes au diapason avec la miséricorde de Dieu».

Prier pour tous, même les pécheurs

Celui qui prie le fait d'abord pour les hommes car «celui qui n’aime pas son frère ne prie pas sérieusement» affirme François. «Les personnes, pour autant qu’elles puissent commettre des erreurs, ne doivent jamais être rejetées ou exclues». «Quand un croyant, animé par l’Esprit Saint, prie pour les pécheurs, il ne fait pas de sélections, il n’émet pas de jugement de condamnation : il prie pour tous. Et il prie également pour lui» explique le Pape.

«Nous ne sommes pas meilleurs que les autres, nous sommes tous frères dans une communauté de fragilité, de souffrance et en étant pécheurs» insiste-t-il, faisant référence à la parabole du pharisien et du publicain. Cette chaîne d'orants fait avancer le monde, et chacun de ses maillons sont connus de Dieu. De tout temps, malgré les persécutions, ils ont su répéter : «Père, pardonne-leur, parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font» (Lc 23,34)».

Prier au sein de l'Église pour tous

Si chacun d'entre nous prie pour les autres, il en est de même du «bon pasteur» qui «reste fidèle également devant la constatation du péché de son propre peuple». Au sein de l'Église, il faut aussi pratiquer cette prière d'intercession exhorte François. Surtout ceux qui se trouvent à un poste de responsabilité. Il s'agit, comme Abraham et Moïse «de regarder avec les yeux et le coeur de Dieu» les personnes qui leur sont confiées ainsi qu'avec «sa même compassion et tendresse invisible»

À l'issue de l'audience, dans son salut en langue italienne, le Pape, évoquant le contexte actuel de la pandémie, a espéré que «ces difficultés nous aident à purifier un peu la manière dont on vit Noël, de le fêter, en sortant du consumérisme : que Noël soit plus religieux, plus authentique et plus vrai»

16 décembre 2020, 10:07