Recherche

Vatican News
La couverture du volume. La couverture du volume.  

François: le christianisme transforme le monde s'il est enraciné dans l’Évangile

Un texte inédit du Pape intitulé "Le Ciel sur la terre. Aimer et servir pour transformer le monde" est publié dans un livre édité par la Librairie éditrice vaticane (Lev). Il est préfacé par Martin Junge, secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale.

«C'est lorsque le christianisme s'enracine dans l'Évangile qu'il donne le meilleur de lui-même à la civilisation», tandis qu'il «perd le meilleur de lui-même lorsqu'il finit par se corrompre et par s'identifier aux logiques et aux structures du monde». Le Pape l’explique dans un texte inédit qui figure dans le livre intitulé "Le Ciel sur la terre. Aimer et servir pour transformer le monde". Le volume, que la Libreria Editrice Vaticana publie en italien mardi 24 novembre, s'inscrit dans la série œcuménique "Échange de dons" et rassemble divers textes déjà prononcés par François sur le thème de la foi qui se transforme en charité envers les autres. La préface est de Martin Junge, secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale.

Dans ce texte inédit, le Pape souligne le «pouvoir transformateur du christianisme» au cours des siècles, à partir de la considération de la valeur de chaque personne. Un monde nouveau, plus juste et plus fraternel, est né comme «conséquence gratuite d'une foi vécue simplement». Le christianisme, observe-t-il, n'a pas transformé le monde ancien «par des tactiques mondaines ou des volontarismes éthiques, mais seulement par la puissance de l'Esprit de Jésus ressuscité. Tout le fleuve des petites ou grandes œuvres de charité, un courant de solidarité qui traverse l'histoire depuis deux mille ans, a cette source unique. La charité naît de l'émotion, de l'étonnement et de la grâce.»

Dès le début, historiquement, la charité des chrétiens est devenue l'attention aux besoins des personnes les plus fragiles, les veuves, les pauvres, les esclaves, les malades, les marginaux... Compassion, souffrance avec ceux qui souffrent, partage. Elle devient aussi une dénonciation des injustices et un engagement à les combattre autant que possible. Parce que «prendre soin d'une personne, c'est embrasser toute sa condition et l'aider à se libérer de ce qui l'opprime le plus et le prive de ses droits. La primauté de la Grâce ne conduit pas à la passivité, au contraire, elle multiplie par cent l'énergie et augmente la sensibilité à l'injustice», précise le Pape François.

Vivre le don de la réconciliation grâce au Christ

Dans sa préface, Martin Junge, secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale, rappelle avec une «profonde gratitude» les paroles du Pape François lors de la commémoration commune de la Réforme à Lund en 2016: «Jésus nous rappelle: "Sans moi, vous ne pouvez rien faire". (Jean 15.5). Il est celui qui nous soutient et nous encourage à chercher des moyens de faire de l'unité une réalité toujours plus évidente». «Dans cette liturgie et cette homélie mémorables, nous, catholiques et luthériens, avons réaffirmé ensemble notre engagement sur un chemin qui mène du conflit à la communion, écrit Martin Junge. Ce chemin n'est possible que grâce au Christ, qui guérit toutes nos blessures et nos souvenirs, nous libérant de la douleur des expériences passées, pour embrasser le don de la réconciliation que le Christ a placé parmi nous.»

«C'est un engagement qui part de la perspective de l'unité et non du point de vue de la division», car «ce qui nous unit est bien plus que ce qui nous divise», explique le secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale. Et le service commun pour les derniers et les souffrants est un formidable moteur pour cette restauration de l’unité entre chrétiens: «Ensemble, nous témoignons de la miséricorde de Dieu à la fois par la confession de foi et par notre service commun au monde.»

22 novembre 2020, 09:00