Recherche

Vatican News

Armistice : le Pape prie pour les victimes de toutes les guerres

Lors de l’audience générale de ce mercredi, le Pape François a évoqué la commémoration, par plusieurs pays européens, de l’Armistice signé le 11 novembre 1918 et qui mit fin à la Première mondiale. En France, cette journée sera marquée par l’entrée au Panthéon de l’ancien combattant et écrivain Maurice Genevoix, qui immortalisa la mémoire des Poilus.

«Aujourd’hui, dans plusieurs pays, on célèbre le souvenir des morts des guerres. Que notre prière pour toutes les victimes de la violence dans le monde nous incite à être des instruments de paix et de réconciliation» a déclaré le Pape en saluant les fidèles de langue française, après avoir délivré sa catéchèse.

Le Saint-Père a eu l’occasion, à plusieurs reprises, d’évoquer le conflit sanglant qui défigura l’Europe pendant quatre années et faucha 18 millions de vies. Rappelons que son grand-père, le bersaglier Giovanni Bergoglio, participa aux violentes batailles de la rivière Piave, entre 1917 et 1918. C’est donc de sa bouche que le petit Jorge Maria entendit les récits douloureux de cette époque.

La guerre est une folie

La mémoire de cette histoire familiale fut pressentie avec une émotion particulière le 13 septembre 2014, lorsque le Pape argentin célébra la messe au cimetière militaire de Redipuglia, situé précisément dans la région du Frioul-Vénétie-Julienne, non loin de la frontière avec la Slovénie ; quelque 100 000 tombes de soldats italiens s’y trouvent, dont 70 000 ne portent pas de nom. Ce déplacement s’intégrait dans le cadre des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, mais le Pape avait voulu élargir sa prière et embrasser toutes les victimes de toutes les guerres. «La guerre est une folie» dont le plan de développement est la destruction de la création et «de ce que Dieu a créé de plus beau : l’homme», avait-il clamé dans une vibrante homélie, fustigeant sans ambages les ambitions cruelles, les soifs de d’argent et de pouvoir qui président aux conflits.

Le 11 novembre 2018 -qui marquait le centenaire de l’Armistice-, l’évêque de Rome avait rendu un nouvel hommage aux victimes de la Grande Guerre et réitéré sa condamnation de la guerre : «la page historique du premier conflit mondial est pour tous un avertissement sévère à rejeter la culture de la guerre et à rechercher tous les moyens légitimes pour mettre fin aux conflits qui ensanglantent encore diverses régions du monde». «Pendant que nous prions pour toutes les victimes de cette immense tragédie, disons-le avec force : investissons sur la paix, et non pas sur la guerre !», avait-il lancé avec force.

En France, "panthéonisation" de Maurice Genevoix

Du fait de la pandémie, les traditionnelles célébrations de commémoration se tiennent dans un format restreint. C’est le cas en France, où ce jour férié verra l’entrée au Panthéon de l’écrivain Maurice Genevoix. Cet ancien combattant vécut l’horreur des batailles de la Marne et de Verdun ; il portera toute sa vie le souvenir des tranchées et le narrera notamment dans l’une de ses œuvres les plus emblématiques, Ceux de 14, hommage aux Poilus dont il fit partie. Son entrée au vénérable Panthéon ce mercredi sera donc aussi celle de tous ses compagnons d’armes.

11 novembre 2020, 11:22