Recherche

Vatican News
Le Gulf Livestock 1. Le Gulf Livestock 1. 

Soutien du Pape aux victimes d’un naufrage en mer du Japon

Le Pape offre un soutien économique aux survivants et aux familles des marins disparus dans le naufrage d’un navire en mer du Japon le 2 septembre dernier. Ils sont déjà accompagnés spirituellement par les aumôniers et bénévoles de l’Apostolat de la mer ”Stella Maris”.

Vatican News

Le M/V Gulf Livestock 1, un transporteur de bétail battant pavillon panaméen et travaillant pour une entreprise basée aux Émirats arabes unis, avait quitté le port de Napier en Nouvelle-Zélande le 14 août dernier. Il était attendu le 11 septembre au port de Jingtang, Tangshan, en Chine. Mais le 2 septembre, il envoie un signal de détresse. Alors que le typhon Maysak fait rage en mer du Japon, le moteur du navire tombe en panne. Le bateau disparaît. On présume qu’il a été emporté par une vague, coulé à environ 185 km à l'ouest de l'île d'Amami Oshima dans le sud-ouest du Japon. Seul deux des 43 membres d’équipage survivent au naufrage.

Une aide économique et spirituelle

Dans un communiqué publié ce mercredi, le dicastère pour le Service du Développement humain intégral fait savoir que le Pape, par son intermédiaire, a décidé d’envoyer une aide économique aux familles des marins défunts ainsi qu’aux survivants. Les marins étaient essentiellement philippins, mais deux Australiens et deux Néo-Zélandais se trouvaient également à bord. Cette aide sera d’ailleurs versée aux victimes grâce à la collaboration des nonciatures et du réseau de l’Apostolat de la mer (Stella Maris) des Philippines, d’Australie et de Nouvelle-Zélande.  

«En signe de sa proximité et de sa solidarité»,  le Pape accompagnera son geste économique d’un cadeau plus personnel, affirme le communiqué du dicastère sans plus de précisions.

Depuis les premiers jours suivant le naufrage, les aumôniers et des sœurs des centres «Stella Maris» des Philippines accompagnent également spirituellement et psychologiquement les personnes touchées par ce drame afin qu’elles aient la force d’affronter l’avenir «sans incertitudes mais avec confiance et sérénité», peut-on lire.

Compte-tenu des restrictions mises en place en raison de la pandémie de COVID-19, ce soutien s’est déroulé jusqu’à présent sur les réseaux sociaux et sur une plate-forme numérique. Il se poursuivra pendant plusieurs mois, annonce le dicastère pour le Service du Développement humain intégral. 

21 octobre 2020, 14:27