Recherche

Vatican News

Angélus: «Personne n’est exclu de la Maison de Dieu»

Lors de la prière de l’Angélus, en ce dimanche 11 octobre, le Pape est revenu sur la parabole des invités à la noce pour rappeler que Dieu invite tout le monde, sans discrimination et sans exclusion, mais que chacun doit se rendre disponible à un chemin de conversion.

«Par le récit de la parabole du banquet nuptial, dans l'Évangile d'aujourd'hui, Jésus esquisse le dessein de Dieu pour l'humanité», a expliqué le Pape François, en développant l’image de cette noce comme une métaphore de l’alliance entre Dieu et l’humanité. «Par deux fois, le roi envoie ses serviteurs appeler les invités mais ceux-ci refusent, car ils ont d'autres choses auxquelles penser : les champs et leurs commerces. Souvent, nous aussi, nous mettons nos intérêts et les choses matérielles avant le Seigneur qui nous appelle»,

Et pourtant, le Seigneur persévère dans l'appel. «C'est ainsi que Dieu se comporte: lorsqu'il est rejeté, au lieu de se rendre, il relance et invite tous ceux qui se trouvent à la croisée des chemins, sans exclure personne. Personne n’est exclu de la Maison de Dieu», a ajouté François.

Pas de discrimination parmi les invités à la noce

Dans ce récit évangélique, les plus marginaux sont invités à la noce, les bons comme les mauvais. «Dieu n’a pas peur de l’âme blessée de toutes les personnes méchantes», a expliqué François. De la même façon, aujourd’hui, «l'Église est appelée à atteindre les carrefours d'aujourd'hui, c'est-à-dire les périphéries géographiques et existentielles de l'humanité, ces lieux en marge, ces situations dans lesquelles les gens se retrouvent coincés et vivent des lambeaux d'humanité sans espoir». Il faut donc «ouvrir les portes de nos cœurs et de nos communautés à tous», a insisté le Pape, en invitant à ne pas se contenter des méthodes d’évangélisation habituelles.

«Même les marginaux, même ceux qui sont rejetés et méprisés par la société, sont considérés par Dieu comme dignes de son amour. Il prépare son banquet pour tous : les justes et les pécheurs, les bons et les mauvais, les intelligents et les incultes», a expliqué François. Le Pape a alors raconté, en sortant de son texte qu’il avait appelé hier soir un vieux prêtre italien «qui a brûlé sa vie pour les pauvres» en étant missionnaire au Brésil, en cohérence avec ce message de Dieu.

Pour revêtir l’habit de miséricorde que Dieu nous offre sans cesse, il faut se rendre disponible à un chemin de conversion, et recevoir le «don gratuit» de la grâce. «Que Marie très sainte nous aide à imiter la parabole des serviteurs de l'Évangile en sortant de nos schémas et de nos vues étroites, en annonçant à tous que le Seigneur nous invite à son banquet, pour nous offrir la grâce salvatrice», a conclu le Saint-Père.

L'hommage au bienheureux Carlo Acutis

Au terme de la prière de l'Angélus, outre son appel pour la paix au Haut-Karabakh et sa préoccupation pour les incendies en Amérique, le Pape s'est exprimé au sujet de la béatification samedi à Assise de Carlo Acutis, jeune Italien décédé en 2006. Il a rendu hommage à ce «garçon de 15 ans amoureux de l'Eucharistie» qui «a saisi les besoins de son temps, car dans les plus faibles il a vu le visage du Christ». Le témoignage de Carlo Acutis, que le Pape a présenté comme «le nouveau jeune "millenial" béni», est donc un exemple pour tous les jeunes auxquels il a indiqué que «le vrai bonheur se trouve en mettant Dieu à la première place et en le servant dans les frères et sœurs, surtout les derniers».

 

Le Pape a conclu en encourageant une initiative pour l'unité et la paix promue par la Fondation Aide à l'Église en Détresse qui aura lieu dimanche prochain, le 18 octobre. "Un million d'enfants prient le rosaire" sera une initiative qui «implique des enfants du monde entier, qui prieront spécialement pour les situations critiques causées par la pandémie», a expliqué François.

11 octobre 2020, 12:18