Recherche

Vatican News
Le Pape François lors de la rencontre d'Abu Dhabi en février 2019. Le Pape François lors de la rencontre d'Abu Dhabi en février 2019.   (Vatican Media)

Pape François: ne pas utiliser le nom de Dieu pour terroriser les gens

Dans un tweet paru samedi 22 aout, le Souverain pontife évoque la Journée des Nations Unies pour les personnes victimes de violences en raison de leur religion ou de leurs convictions. Le Saint-Père demande à tous de cesser d’instrumentaliser les religions pour inciter à la haine, à la violence, à l’extrémisme et au fanatisme aveugle.

Alessandro De Carolis - Cité du Vatican

Le hashtag #FraternitéHumaine clôt le tweet de François et l’on pense de suite à cette soirée de février 2019 à Abu Dhabi, à une signature et une poignée de main qui ont scellé une communion et en écrivent la première page. La «fraternité humaine» est la valeur que le Pape et le grand imam d'Al-Azhar, Al-Tayyib, offrent comme inspiration universelle pour rassembler. Une manière durable parce qu'elle est essentiellement une question de solidarité.

Une fraternité qui, si elle est vécue, exclut la violence qui fait du sentiment religieux une cible. Comme le sont dans le monde, déjà parmi les seuls chrétiens, au moins 300 millions de personnes.

La foi ne doit pas être instrumentalisée

C'est un thème cher au Pape, qui dans son tweet pour la Journée des Nations unies consacrée à la commémoration des personnes victimes de violences en raison de leur religion ou de leurs convictions réaffirme les mots du document d'Abou Dhabi: «Dieu n’a besoin d’être défendu par personne et ne veut pas que Son nom soit utilisé pour terroriser les gens. Je demande à tous de cesser d’instrumentaliser les religions pour inciter à la haine, à la violence, à l’extrémisme et au fanatisme aveugle».

«En avant dans la fraternité»

Cette idée avait été exprimée par le Pape, entre autres, en des termes similaires en février 2020 à travers le message vidéo envoyé à Abu Dhabi un an après la signature du document sur la «Fraternité humaine».

Cela a été «un grand événement humanitaire», le signe pour espérer «un avenir meilleur pour l'humanité, un avenir libéré de la haine, de la rancœur, de l'extrémisme et du terrorisme, dans lequel les valeurs de paix, d'amour et de fraternité prévaudront».

Le présent et l'avenir, espère le Pape, sont un temps et un espace pour «tous les modèles vertueux d'hommes et de femmes de ce monde qui incarnent l'amour par des actions et des sacrifices faits pour le bien d'autrui, quelles que soient leurs différences de religion ou d'appartenance ethnique et culturelle». «Je demande à Dieu tout-puissant de bénir tout effort qui profitent au bien de l'humanité et qui nous aide à avancer dans la fraternité», a conclu le Saint-Père.

22 août 2020, 14:19