Recherche

Vatican News

Le Pape aux Scholas Occurentes: n’oubliez jamais la gratuité, le sens et la beauté

Le Pape François s’est adressé dans un message-vidéo aux jeunes de la Fondation Scholas Occurentes, réunis pour une rencontre virtuelle à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement.

Dans ce message-vidéo d’une dizaine de minutes, le Pape François rend d’abord hommage aux deux professeurs qui ont contribué à la fondation de Scholas Occurentes, cette organisation internationale de droit pontifical, créée par le Saint-Père lui-même. D'abord née dans l'archidiocèse de Buenos Aires, le réseau est désormais présent dans 190 pays et comprend plus de 500 000 établissements. Il a pour objectif fondamental la promotion de la culture de la paix et de la rencontre, et comprend des écoles et des réseaux éducatifs liés à toutes les confessions religieuses ainsi que des réalités laïques, publiques comme privées.

Traverser les crises ensemble

François poursuit son message par une réflexion sur le sens d’une crise. «Tout comme la crise nous fonde en nous appelant à l'ouverture, le danger vient quand on ne nous apprend pas à nous identifier à cette ouverture. C'est pourquoi les crises, si elles ne sont pas bien accompagnées, sont dangereuses, car on peut se désorienter», explique le Pape.

«Scholas est né d'une crise, poursuit-il, mais elle n'a pas levé les poings pour se battre avec la culture, ni baissé les bras pour se résigner». La fondation a su sortir «pour écouter le cœur des jeunes, pour cultiver la nouvelle réalité». «L'éducation écoute, ou n'éduque pas. Si elle n'écoute pas, elle n'éduque pas, insiste le Saint-Père. L'éducation crée la culture, ou elle n'éduque pas. L'éducation nous apprend à célébrer, ou elle n'éduque pas».

«Écouter, créer et célébrer la vie. Cette nouvelle culture qui habite poétiquement cette terre» caractérise le réseau Scholas Occurentes, comme l’explique François.

Prendre le risque de la gratuité

Le Pape se réjouit aussi de nombreux signes de paix et de fraternité survenant dans ces écoles, comme «des professeurs et des élèves japonais [dansant] avec des Colombiens». «J'ai vu les jeunes d'Israël jouer avec ceux de Palestine. Je l'ai vu. Les étudiants d'Haïti réfléchir avec ceux de Dubaï. Les enfants du Mozambique en train de peindre avec ceux du Portugal», poursuit le Pape en saluant une «culture de la rencontre». «Cette rencontre doit toujours avoir lieu, sinon il n'y a pas d'humanité, car il n'y a pas de racines, pas d'histoire, pas de promesse, pas de croissance, pas de rêves, pas de prophétie», souligne-t-il.

Dans le contexte actuel de crise mondiale due à la pandémie de Covid-19, le Pape salue le fait que Scholas Occurentes, par une “Université du Sens”, éduque en apprenant «à chercher le sens des choses».

«N'oubliez jamais ces trois derniers mots, gratuité, sens et beauté. Ils peuvent sembler inutiles, surtout de nos jours. Qui démarre une entreprise en quête de gratuité, de sens et de beauté ? (…) Et pourtant, de cette chose qui semble inutile dépend toute l'humanité, l'avenir», conclut François dans son message-vidéo, lançant une dernière invitation aux jeunes: «Continuez à semer et à récolter, avec le sourire, avec le risque, mais tous ensemble et toujours main dans la main pour surmonter toute crise».

 

05 juin 2020, 16:46