Recherche

Vatican News
Le Pape François lors de la prière de l'angélus du 29 juin. Le Pape François lors de la prière de l'angélus du 29 juin.   (Vatican Media)

Angélus: «demander à Dieu la grâce de la vie»

Lors de la prière de l'angélus en la solennité des saints Pierre et Paul, le Pape François a invité les fidèles à se mettre à l'écoute de ces Apôtres, Pierre en particulier, qui a su donner sa vie pour suivre le Christ.

Vatican News

A l'issue de la messe célébrée dans la basilique Saint-Pierre, le Pape François a récité la prière de l'angélus depuis la fenêtre du palais apostolique. «Aujourd'hui, nous célébrons les saints patrons de Rome, les apôtres Pierre et Paul. Et c'est un cadeau de se retrouver à prier ici, près de l'endroit où Pierre est mort martyr et est enterré» a expliqué le Saint-Père. La liturgie de cette solennité rappelle que, plusieurs années auparavant, Pierre a été libéré de la prison par un ange, a poursuivi François, mais il n'a pas été épargné de la mort.

Le Seigneur nous libère du mal

La vie de Pierre peut éclairer le chemin de notre vie: «le Seigneur lui a accordé de nombreuses grâces et l'a libéré du mal : il fait cela aussi avec nous. En effet, nous ne nous adressons souvent à Lui que dans les moments de besoin. Mais Dieu voit plus loin et nous invite à aller plus loin, à chercher non seulement ses dons, mais lui ; à lui confier non seulement les problèmes, mais la vie. Il peut ainsi nous donner enfin la plus grande grâce, celle de donner la vie.»

La chose la plus importante dans la vie est de faire de la vie un cadeau, a poursuivi le Pape. «Dieu désire nous faire grandir en don : ce n'est que de cette façon que nous pouvons devenir grands» Aussi Saint-Pierre n'est pas devenu un héros parce qu'il a été libéré de prison, «mais parce qu'il a donné sa vie ici. Son don a transformé un lieu d'exécution en ce beau lieu d'espérance dans lequel nous nous trouvons» a précisé le Saint-Père. 

Demander la grâce de la vie

«Voici ce qu'il faut demander à Dieu : non seulement la grâce du moment, mais la grâce de la vie», a poursuivi le Pape, soulignant que l'Évangile nous montre précisément le dialogue qui a changé la vie de Pierre, lorsque Jésus lui demande qui il est pour Lui.  Jésus le dit "bienheureux", c'est-à-dire, littéralement, "heureux" a précisé François.

«Quel est donc le secret d'une vie heureuse et bénie? a demandé le Pape : reconnaître Jésus, mais Jésus comme le Dieu vivant. Ce qui importe en effet est «la place que je lui donne dans ma vie». Quand Simon entendit Jésus lui dire : «Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église» ce n'est pas par ce qu'il s'agissait d'un homme solide et fiable, a poursuivi François - il ira même jusqu'à renier le Maître-. «Mais il a choisi de construire sa vie sur Jésus ; non pas - dit le texte - sur "la chair et le sang", c'est-à-dire sur lui-même, sur ses capacités, mais sur Jésus (cf. v. 17). Jésus est le rocher sur lequel Simon est devenu pierre.»

Une étreinte spirituelle au patriarche Bartholomée

«Aujourd'hui, devant les Apôtres, nous pouvons nous demander : "Et moi, comment je configure ma vie ? Est-ce que je ne pense qu'aux besoins du moment ou est-ce que je crois que mon vrai besoin est Jésus, qui me fait un cadeau ? Et comment puis-je construire la vie, sur mes capacités ou sur le Dieu vivant ?» a conclu le Saint-Père.

Après la récitation de l'angélus, François a rappelé que d'ordinaire la fête des saints Pierre et Paul veut qu'une délégation du patriarcat œcuménique de Constantinople vienne à Rome, mais cette année, cela n'a pas été possible en raison de la pandémie. «J'envoie donc une étreinte spirituelle à mon cher frère le patriarche Bartholomée, dans l'espoir que nous puissions reprendre nos visites mutuelles dès que possible» a expliqué le Pape qui, en saluant les fidèles présents à Rome, a souhaité que leur visite aux tombes des Apôtres renforce leur foi et leur témoignage. 

 

 

29 juin 2020, 12:00