Recherche

Vatican News
Le Pape François lors de l'Angélus du 28 juin 2020. Le Pape François lors de l'Angélus du 28 juin 2020.  (Vatican Media)

Angélus: la gratitude et la reconnaissance sont des signes distinctifs du chrétien

Lors de l'Angélus de ce dimanche 28 juin 2020, revenant sur l'Évangile du jour tiré de l'Évangile selon saint Matthieu, le Pape François a rappelé que suivre Jésus implique des sacrifices et que la plénitude de la vie se trouve en se donnant soi-même.

«Jésus demande à ses disciples de prendre au sérieux les exigences évangéliques, même quand cela demande des sacrifices et des efforts.» Le Pape l’a répété : le chemin chrétien implique des renoncements, et tout d’abord le fait de mettre l'amour envers Dieu «au-dessus des liens d'affection familiaux».

Jésus le dit avec fermeté :  «Qui aime son père ou sa mère, […] son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi». Il ne s’agit pas de «sous-évaluer l'amour pour les parents et les enfants», mais d’avertir que «les liens de parenté, s'ils sont mis à la première place, peuvent dévier du vrai bien». C’est le cas notamment lorsque des responsables politiques favorisent leur parenté au détriment de leur patrie : ils commettent alors des actes de corruption et de favoritisme qui fragilisent leur pays. L’amour pour les enfants est essentiel, mais il doit être vécu à la lumière de l’amour de Dieu.

Porter la croix avec Jésus

Autre avertissement exprimé par Jésus : «Qui ne prend pas sa croix et ne vient pas à ma suite n'est pas digne de moi». «Il n'y a pas de vrai amour sans croix, c'est-à-dire sans un prix à payer en personne», a insisté François en évoquant les sacrifices consentis par tant de papas et de mamans. Mais avec Jésus, il ne faut pas avoir peur : «Qui aura trouvé sa vie la perdra et qui aura perdu sa vie à cause de moi la trouvera», martèle le Seigneur. C’est un paradoxe de l’Évangile, mais de nombreux exemples montrent que «la plénitude de la vie et de la joie se trouve en se donnant soi-même pour l'Evangile et pour nos frères, avec ouverture, accueil et bienveillance»

«La gratitude généreuse de Dieu le Père tient également compte du plus petit geste d'amour et de service rendu à nos frères», même simplement par le don d’un verre d’eau. Le Pape est sorti de son texte en racontant l’émotion d’un prêtre auquel un enfant était venu lui donner son argent de poche pour aider les pauvres.

Il a aussi rendu hommage aux nombreux volontaires qui se sont mobilisés durant la pandémie de coronavirus en Italie, gratuitement, par amour, pour secourir les personnes en difficulté. «La gratitude, la reconnaissance est avant tout un signe de bonne éducation, mais c'est également un signe distinctif du chrétien. C'est un signe simple mais authentique du royaume de Dieu, qui est un royaume d'amour gratuit et reconnaissant», a précisé le Pape.

«Que la Très Sainte Vierge Marie, qui a aimé Jésus plus que sa propre vie et l'a suivi jusqu'à la croix, nous aide à nous présenter toujours à Dieu avec un cœur disponible, en laissant sa Parole juger nos comportements et nos choix», a conclu François avant de réciter la prière de l’Angélus.

28 juin 2020, 12:15