Recherche

Vatican News

Le Pape François alerte sur le drame des personnes déplacées

Le message du Pape François pour la 106e Journée mondiale du migrant et du réfugié, prévue le 27 septembre prochain, a été dévoilé ce vendredi. Le Saint-Père l’a consacré aux personnes déplacées internes, un drame qui concerne aujourd’hui des millions de familles.

«Contraints de fuir comme Jésus-Christ. Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les déplacés internes»: voici le thème de ce message présenté ce vendredi par la section migrants et réfugiés du dicastère pour le Service du Développement humain intégral.

En préambule de ce message, le Pape observe que l’actuelle pandémie du coronavirus a «redimensionné» de nombreuses urgences humanitaires, «reléguant initiatives et aides internationales (…) au fin fond des agendas politiques nationaux». A l’aune de la présente crise sanitaire, ce message est étendu «à tous ceux qui ont vécu et continuent de vivre des situations de précarité, d’abandon, d’exclusion et de rejet à cause du Covid-19».

Un drame invisible

Le Pape part de l’épisode évangélique de la fuite en Égypte (Mt 2, 13-15.19-23), lorsque la Sainte Famille fait l’expérience de la «condition tragique de personne déplacée»; un drame, souvent invisible, qui concerne aujourd’hui des millions de familles. En chacune de ces personnes, «Jésus est présent», «sur leurs visages, nous sommes appelés à reconnaître le visage du Christ affamé, assoiffé, nu, malade, étranger et prisonnier qui nous interpelle». En définitive, «les personnes déplacées nous offrent cette occasion de rencontre avec le Seigneur».

Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer : ce sont les quatre verbes indiqués à plusieurs reprises par le Pape pour répondre à l’immense défi que représente la question migratoire. À ces pierres angulaires de l’action pastorale de l’Église en la matière, le Saint-Père en adjoint six autres paires, soit 12 verbes qui «correspondent à des actions très concrètes, liés entre eux dans une relation de cause à effet».

Connaître pour comprendre

«La connaissance est une étape nécessaire vers la compréhension de l’autre», argue le Pape, pour qui l’on s’arrête trop souvent aux chiffres, oubliant que les migrants sont avant tout des personnes à connaître. «En connaissant leurs histoires, nous parviendrons à les comprendre» et comprendre ainsi que la précarité s’avère être un «élément constant de la vie des personnes déplacées».

Se rendre le prochain pour servir

François s’appuie là sur la parabole du bon Samaritain (Luc 10, 33-37), faisant remarquer combien les «les peurs et les préjugés» nous font garder nos distances avec les autres et nous empêchent de «les servir avec amour». Or, s’approcher du prochain signifie être disposé à prendre des risques, «comme nous l’ont enseigné de nombreux médecins, infirmiers et infirmières ces derniers mois». Se faire proche de son frère, le servir «va au-delà du pur sens du devoir», souligne le Pape qui prend l’exemple du Lavement des pied (Jn 13, 1-15).

Écouter pour se réconcilier

C’est justement pour entendre «les gémissements de l’humanité avec des oreilles humaines» que Dieu a envoyé son Fils dans le monde, car «l’Amour, celui qui réconcilie et qui sauve, commence par l’écoute». Mais force est de constater que l’attitude de l’écoute se perd tandis que les messages se multiplient, remarque le Pape.

Durant ces semaines de confinement, le silence «dramatique et inquiétant» qui a régné dans les rues a permis «d’écouter le cri des plus vulnérables, des personnes déplacées et de notre planète gravement malade», affirme le Saint-Père qui insiste : seule une écoute humble et attentive peut favoriser la réconciliation.

Partager pour grandir

«Dieu n’a pas voulu que les ressources de notre planète ne profitent qu’à quelques-uns», martèle le Souverain Pontife. Le partage, si caractéristique des premières communautés chrétiennes, est nécessaire pour «grandir ensemble», note-t-il encore. «La pandémie nous a rappelé que nous sommes tous dans le même bateau» et que «personne ne peut s’en sortir tout seul».

Impliquer pour promouvoir

C’est ce que Jésus a fait avec la Samaritaine (Jn 4, 1-30). L’élan pour servir les autres nous empêche parfois de voir leurs richesses. Or, si nous voulons réellement promouvoir les personnes que nous aidons, «nous devons les impliquer et les rendre protagonistes de leur propre relèvement». La pandémie nous a rappelé l’importance de la coresponsabilité et de la contribution de tous, comme moyens de résoudre la crise.

Collaborer pour survivre

La construction du Royaume de Dieu implique nécessairement l’engagement de tous, insiste le Pape ; pour cela, il faut renoncer aux tentations de la jalousie, de la discorde et de la division, presse-t-il, reprenant ses propres mots lors de son message Urbi et Orbi du 12 avril dernier. «Pour préserver la maison commune et faire en sorte qu’elle ressemble toujours davantage au projet originel de Dieu, nous devons nous efforcer de garantir la coopération internationale, la solidarité globale et l’engagement local, sans laisser personne en dehors».

 

Et de conclure ce long message par une prière suggérée par l’exemple de saint Joseph, lors de la fuite en Égypte :

«Père, tu as confié à saint Joseph ce que tu avais de plus précieux : l’Enfant Jésus et sa mère, pour les protéger des dangers et des menaces des mauvais.

Accorde-nous aussi de ressentir sa protection et son aide. Lui qui a éprouvé la souffrance de ceux qui fuient à cause de la haine des puissants, fais qu’il puisse réconforter et protéger tous ces frères et sœurs qui, poussés par les guerres, la pauvreté et les nécessités, quittent leur maison et leur terre pour se mettre en chemin et chercher refuge vers des lieux plus sûrs.

Aide-les, par son intercession, à avoir la force d’aller de l’avant, le réconfort dans la tristesse, le courage dans l’épreuve.

Donne à ceux qui les accueillent un peu de la tendresse de ce père juste et sage, qui a aimé Jésus comme un véritable fils et qui a soutenu Marie tout au long du chemin.

Lui, qui gagnait son pain par le travail de ses mains, puisse-t-il pourvoir aux besoins de ceux à qui la vie a tout pris, et leur donner la dignité d’un travail et la sérénité d’une maison.

Nous te le demandons par Jésus Christ, ton Fils, que saint Joseph sauva en fuyant en Égypte, et par l’intercession de la Vierge Marie, qu’il aima en époux fidèle, selon ta volonté. Amen.»

15 mai 2020, 11:35