Recherche

Vatican News
Le Pape saluant les juges de la Rote romaine, le 25 janvier 2020 au Vatican. Le Pape saluant les juges de la Rote romaine, le 25 janvier 2020 au Vatican.  (Vatican Media)

Prendre soin des couples chrétiens, la mission de la Rote romaine

Comme Aquila et Priscille, l'Église a aujourd'hui besoin d'époux chrétiens qui soient des témoins constants de l'Évangile. Le Pape l’a rappelé en recevant les juges et les avocats du Tribunal Apostolique dans la salle Clémentine, en les invitant à défendre le mariage contre les idéologies et les particularismes.

Cecilia Seppia - Cité du Vatican

«Des évangélisateurs mariés, en mouvement et à l'écoute de l'Esprit Saint, maîtres de la proximité et de la gratuité, des couples mariés qui sont des témoins capables d'être levain»: c’est en invitant à suivre cette dynamique que le Pape François a inauguré l'année judiciaire devant les membres du Tribunal Apostolique de la Rote Romaine, en présentant Aquila et Priscille, décrits dans les Actes des Apôtres, comme un modèle de vie conjugale.

C'est ce dont les paroisses auraient besoin, surtout dans les zones urbaines où le curé et ses collaborateurs n'auront jamais le temps et la force d'atteindre les fidèles qui, tout en se déclarant chrétiens, restent absents de la fréquence des sacrements et ignorent, ou presque, la connaissance du Christ.

Proximité et gratuité

Aquila et Priscille ont été pris de passion pour le Seigneur, une passion du cœur qui ne se traduit pas en paroles vides mais en gestes concrets de proximité et d'attention aux frères les plus nécessiteux, d'accueil, de soin et de gratuité, qui sont des pierres angulaires de la réforme du processus de mariage voulue par le Pape. François a donc interrogé les juges présents en leur demandant si, en jugeant, ils ont été proches du cœur des gens, s'ils ont ouvert leur cœur à la gratuité ou s'ils ont plutôt été pris par des intérêts économiques et commerciaux: «Le jugement de Dieu sera très fort sur ce point», a-t-il averti.

«Ne laissez pas les mariés en marge de la pastorale chrétienne, afin que ce ne soit pas une pastorale d'élite qui oublie le peuple, mais plutôt des bergers qui écoutent le troupeau, qui se tiennent à ses côtés, qui apprennent la langue du peuple et sont capables de l'accompagner dans les nuits et dans sa solitude, son agitation et ses échecs»: c'est ainsi que le Pape a demandé aux pasteurs, aux évêques, aux curés et même aux juges d'aimer, comme l'a fait l'Apôtre Paul, les couples mariés missionnaires qui veulent atteindre les places et les villes où la lumière du Christ ne pénètre pas encore. «Le Seigneur est venu chercher des pécheurs, pas des parfaits», a-t-il souligné.

Protéger le mariage des idéologies

Les pasteurs ont également pour tâche d'éclairer et de guider les saints couples chrétiens, de leur donner de la visibilité, de les rendre sujets d'une nouvelle capacité à vivre le mariage et de les garder afin qu'ils ne tombent pas dans la toile des idéologies, qui minent la solidité du sacrement.

«Nous devons être vigilants pour qu'ils ne tombent pas dans le danger du particularisme en choisissant de vivre dans des groupes choisis; au contraire, nous devons être ouverts à l'universalité du salut, a martelé François. En effet, si nous sommes reconnaissants à Dieu pour la présence de l'Église, des mouvements et des associations qui ne négligent pas la formation des époux chrétiens, il faut en revanche affirmer avec force que la paroisse est le lieu ecclésial d'annonce et de témoignage, car c'est dans ce contexte territorial que vivent déjà les époux chrétiens, dignes d'être éclairés, qui peuvent être des témoins actifs de la beauté et de l'amour conjugal et familial.»

Retour aux sources

L’évêque de Rome a insisté sur le fait qu'aujourd'hui le monde a besoin de couples mariés en mouvement, mais en repartant idéalement des racines du christianisme, où l'Église «a été dépouillée de tout pouvoir humain, était pauvre, humble, pieuse, opprimée, héroïque» et en rétablissant la primauté de l'Esprit Saint, véritable auteur et moteur de l'évangélisation, qui, s'il n'est pas invoqué, reste inconnu et absent. Le Pape demande concrètement de vivre la paroisse comme un foyer parmi les maisons, une famille de familles, une Église pauvre pour les pauvres, une chaîne d'époux enthousiastes et amoureux du Ressuscité, comme Aquila et Priscille, capables d'une nouvelle révolution de tendresse et d'amour, jamais satisfaits, jamais repliés sur eux-mêmes.

«Nous devons être convaincus, et je voudrais dire avec certitude, que dans l'Église, ces couples mariés sont déjà un don de Dieu et non pour notre mérite: pour le fait qu'ils sont le fruit de l'action de l'Esprit, qui n'abandonne jamais l'Église. L'Esprit attend plutôt l'ardeur des pasteurs pour que la lumière que ces couples répandent dans les périphéries du monde ne s'éteigne pas.»

«Chers Juges de la Rote Romaine, les ténèbres de la foi ou le désert de la foi que vos décisions, depuis vingt ans déjà, ont dénoncé comme une possible circonstance causale de la nullité du consentement, m'offrent, comme à mon prédécesseur le Pape Benoît XVI, la raison d'une invitation sérieuse et pressante aux enfants de l'Église à l'époque où nous vivons, à sentir que tous et chacun sont appelés à transmettre à l'avenir la beauté de la famille chrétienne. L'Église a besoin de couples mariés comme Aquila et Priscille, qui parlent et vivent avec l'autorité du baptême, qui ne consiste pas à commander et à se faire entendre, mais à être cohérents, à être des témoins et, pour cette raison, à être des compagnons sur la voie du Seigneur», a conclu François.

25 janvier 2020, 15:46