Recherche

Vatican News
Le Pape François lors d'une audience, le 5 octobre 2019 Le Pape François lors d'une audience, le 5 octobre 2019  (Vatican Media)

Le Pape encourage les Servites de Marie à «semer l’espérance»

Ce vendredi matin, le Saint-Père a reçu en audience les participants au 214e chapitre général de l’Ordre des Servites de Marie. Il leur a rappelé les fondements de leur charisme, et a aussi évoqué la dévotion particulière qu’il porte aux fondateurs de cet ordre religieux mendiant.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

L'Ordre des Servites de Marie est né en 1233 lorsque sept marchands de Florence se réunissent pour vivre ensemble l'Évangile. Liés entre eux par l’amitié et un même idéal de vie, ils décident de tout quitter et se réunissent dans une petite maison près des remparts de la ville, puis sur une montagne à 20 km de Florence, le mont Sénario, où ils séjournent ensuite quelques années. C'est là qu'ils font l'expérience d'une intense vie fraternelle dans la pénitence et la simplicité. L'ordre est approuvé par Rome en 1249.

Les frères, à travers divers apostolats, tentent d’imiter la Vierge Marie, reconnue comme la vraie «fondatrice», et à laquelle ils se consacrent chacun personnellement.

Être serviteur et prier

L’histoire des sept saints fondateurs a été racontée à Jorge Mario Bergoglio lorsqu’il était séminariste en Argentine, en 1957, par deux étudiants servites de Marie. Il s’est alors «enthousiasmé», à tel point que depuis 62 ans, il célèbre «avec un amour particulier le 17 février [jour de la fête des sept saints fondateurs de l’Ordre], y compris avec la Messe». Le Pape François a relaté cette anecdote lors de l’audience qu’il a eue ce matin avec les religieux, au début de sa prise de parole improvisée.

Le Saint-Père a poursuivi son allocution en précisant les points essentiels du charisme des Servites de Marie. L’important est de demeurer «serviteurs de la Madone, la servante du Seigneur» et non pas de devenir «patrons». Comme Marie, ils sont appelés à faire «grandir Jésus, naître Jésus» puis à faire «grandir l’Église».  

Ils doivent aussi remplir «un service d’espérance», en regardant en avant, comme Marie, «Notre-Dame de l’espérance». «Aujourd’hui nous sommes tous docteurs en manque d’espérance», a déploré le Pape. Il est donc nécessaire de se mettre à l’école de la mère du Sauveur, qui nous enseigne «à semer l’espérance», y compris «dans la douleur, dans la pauvreté, dans le dépouillement».

Enfin François a insisté auprès des religieux pour qu’ils n’abandonnent jamais la prière. «C’est le fondement de votre vie», a-t-il déclaré. «C’est la prière qui est féconde, qui vous donnera des vocations et tant d’autres choses. La prière est l’instrument qui fait des miracles», a affirmé le Pape, mettant en garde contre la tentation de ne pas croire «au miracle de la prière», et déplorant que l’on ne croie ni à la force du Notre Père, ni aux paroles de Jésus – «demandez et vous recevrez». Il a conseillé aux Servites de Marie de concevoir la prière comme le fait de «demander l’aumône à la Madone: “Aide-moi à être un serviteur fidèle”».

Revisiter les sources du charisme

Dans le discours écrit qui était prévu et qui a été remis aux participants, le Souverain Pontife rapporte d’abord l’histoire de la fondation de l’Ordre des Servites de Marie, où les «sept saints fondateurs ont su vivre le mont et la ville», expérimentant ainsi le mystère de la Transfiguration. Sur le mont Sénario, ils ont rencontré «Celui qui est l’Espérance, Jésus-Christ», avant de redescendre vers la ville «renouvelés intérieurement» pour rendre témoignage et s’engager «au service de la société et de l’Église».

François invite donc les capitulants à «approfondir le charisme de fondation pour l’actualiser, afin qu’il puisse répondre avec espérance aux défis que le monde contemporain lance à l’Église et à l’Ordre». “Serviteurs de l’Espérance dans un monde qui change” est d’ailleurs le thème de ce Chapitre général.

Mais que signifie être «hommes d’espérance» pour ces religieux? Comme l’explique le Saint-Père, il s’agit d’être «capables de dissiper les peurs qui parfois assaillent le cœur, même dans une communauté religieuse»: peur face à la rareté des vocations, lassitude dans la fidélité à Jésus et à l’Évangile… Seul le Seigneur permet de conserver «une présence d’espérance et un regard de confiance, en isolant et en valorisant les nombreux germes de positivité qui émergent».

Signe d’unité, au-delà des différences

Il s’agit aussi de «cultiver le dialogue, la communion et la fraternité, qui sont des profils de sainteté», et de «trouver le courage d’affronter quelques défis actuels». Parmi ceux-ci, le Pape signale l’utilisation «de façon responsable des moyens de communication»: il faut «s’éduquer à un usage évangélique de ces instruments». Ou encore le défi de la «multiculturalité»: «les communautés religieuses catholiques sont devenus des “laboratoires” en ce sens, certes non sans problèmes, mais cependant en offrant à tous un signe clair du Royaume de Dieu». «Il n’est pas facile de vivre en harmonie les différences humaines, mais cela est possible et c’est un motif de joie si nous faisons de la place à l’Esprit Saint», souligne François.

Le Pape souhaite enfin que les communautés de l’Ordre des Servites de Marie soient un «signe de la fraternité universelle, écoles d’accueil et d’intégration, lieux d’ouverture et de relation». «Et vos communautés seront ainsi dans la mesure où vous serez des hommes de communion, de fraternité et d’unité, comme le furent vos fondateurs», conclut le Souverain Pontife.

25 octobre 2019, 15:40