Recherche

Vatican News
Le Pape saluant la foule sur la Place Saint-Pierre, le 11 septembre 2019, à l'occasion de l'audience générale sur la Place Saint-Pierre. Le Pape saluant la foule sur la Place Saint-Pierre, le 11 septembre 2019, à l'occasion de l'audience générale sur la Place Saint-Pierre.  (Vatican Media)

Audience générale: le Pape dresse le bilan de son voyage dans l’Océan Indien

Le Pape a consacré l’audience générale de ce matin, mercredi 11 septembre, à son voyage au Mozambique, à Madagascar et à l’île Maurice. Ce 31e voyage apostolique s’est achevé hier soir, après six journées intenses marquées par un grand succès populaire.

Cyprien Viet – Cité du Vatican

«Je remercie Dieu qui m’a permis d’accomplir cet itinéraire comme pèlerin de paix et d’espérance», a d’emblée déclaré le Pape. «L’espérance du monde est le Christ, et son Évangile est le plus puissant levain de fraternité, de liberté, de justice et de paix pour tous les peuples», a-t-il souligné.

Encourager le processus de paix au Mozambique

Au Mozambique, il a voulu «répandre des semences d’espérance, de paix et de réconciliation dans une terre qui a beaucoup souffert dans un passé récent, à cause d’un long conflit armé, et qui au printemps dernier a été frappée par deux cyclones qui ont causé de très graves dommages». Le Pape, en remerciant la Communauté de Sant’Egidio pour ses efforts, a remarqué que «l’Église continue à accompagner le processus de paix», qui doit impliquer tout le monde, sans tracer de frontières en fonction des appartenances religieuses. Il a ainsi apprécié l’accueil chaleureux de la directrice de l’hôpital de Zimpeto, une femme de confession musulmane.

La messe dans le stade, sous une pluie battante qui n’a pas empêché les fidèles de manifester leur bonheur, a aussi été un moment marquant. L’appel du Seigneur Jésus qui a résonné dans le stade, «aimez vos ennemis», a apporté «la semence de la vraie révolution, celle de l’amour, qui éteint la violence et génère la fraternité».

Madagascar et les défis d’un développement solidaire

Le Pape s’est ensuite rendu à Antananarivo, la capitale de Madagascar, «un pays riche de beautés et des ressources naturelles, mais marqué par beaucoup de pauvreté».

«J’ai souhaité que, animé par son traditionnel esprit de solidarité, le peuple malgache puisse surmonter les adversités et construire un futur de développement en conjuguant le respect de l’environnement et la justice sociale», a souligné François. Il a visité le village Akamasoa, fondé par le père Pedro Opeka, qu’il connaît depuis plus de 50 ans car il avait été son professeur en Argentine. «Là-bas, on cherche à unir travail, dignité, soin des plus pauvres, instruction pour les enfants, le tout animé par l’Évangile», a souligné François, qui a aussi été particulièrement touché par les très nombreux jeunes venus le rencontrer le samedi soir et le dimanche matin, au Champ diocésain.

Maurice, une terre de brassage interreligieux

Enfin, le Pape s’est rendu lundi sur l’île Maurice, une petit pays qu’il a choisi «comme lieu d’intégration entre différentes ethnies et cultures». Sur cette île marquée par le brassage de populations très diverses, venues notamment d’Inde, le dialogue interreligieux est vécu de façon naturelle et amicale. Le Pape a été touché de découvrir, lors de son arrivée à l’évêché, que le Grand-Imam lui avait envoyé un grand bouquet de fleurs «en signe de fraternité».

L’Évangile des Béatitudes, «carte d’identité des disciples du Christ», est vécu concrètement à Maurice notamment dans l’évangélisation des pauvres. Le Pape a aussi encouragé les autorités civiles à «faire avancer aussi aujourd’hui la capacité d’accueil» et à «maintenir et développer la vie démocratique».

À son retour, comme c’est la tradition, François s’est rendu à la basilique Sainte-Marie-Majeure pour remercier la sainte Vierge. «Pour commencer un voyage et au retour, je vais toujours voir la Madonne, la Salus Populi Romani, pour que ce soit elle qui m’accompagne dans le voyage, comme Mère, pour me dire ce que je dois faire, pour prendre soin de mes paroles, de mes gestes. Avec la Madonne, je me sens en sécurité», a confié spontanément le Pape, en sortant de son texte.

François a conclu en invitant à remercier le Seigneur et à prier pour que «les semences jetées dans ce voyage apostolique portent des fruits abondants pour les peuples du Mozambique, de Madagascar et de Maurice».

11 septembre 2019, 11:31