Cerca

Vatican News
Le Pape François lors de l'Angélus du 15 août 2019, solennité de l'Assomption. Le Pape François lors de l'Angélus du 15 août 2019, solennité de l'Assomption.  (Vatican Media)

Angélus de l’Assomption: choisir la grandeur du ciel

En cette solennité de l’Assomption de la bienheureuse Vierge Marie, le Pape François a évoqué la Reine des cieux «comme une mère qui nous attend pour l’éternité». Avant de réciter l’Angélus, il a enjoint les fidèles à chercher «les grandes choses de la vie», pour ne pas se perdre derrière «mesquineries et futilités».

Dans l'Évangile de cette solennité de l'Assomption, la Sainte Vierge prie en disant: «Mon âme magnifie le Seigneur et mon esprit se réjouit en Dieu mon Sauveur» (Lc 1, 46-47).

Munificences et réjouissances

Le Pape François propose ainsi de méditer les deux verbes de cette prière: «magnifier » et «se réjouir».

Marie se réjouit d’abord à cause de Dieu, et nous enseigne «à exulter en Lui», car il fait de «grandes choses». Quant au verbe «magnifier», il équivaut à «exalter une réalité pour sa grandeur et sa beauté», commente le Souverain Pontife.   

Aspirer à la grandeur du ciel

Ainsi le Pape se propose d’insister sur le message marial: «Dans la vie, il est important de chercher de grandes choses, sinon l’on se perd derrière tant de petites choses».

Marie, elle, nous montre que si nous voulons que notre vie soit heureuse, Dieu doit être placé en premier, car lui seul est grand, développe-t-il. Néanmoins, souligne François, combien de fois, au lieu de cela, «nous vivons à la poursuite de choses sans importance: préjugés, rancune, rivalité, jalousie, biens matériels superflus ... Combien de mesquineries dans la vie!», regrette le Pape.  

Aujourd'hui donc à l’inverse, Marie nous invite à regarder les «grandes choses» que le Seigneur a accomplies en elle. Marie, petite et humble, reçoit au ciel la plus haute gloire, affirme François, ajoutant qu’elle nous attend bien là-bas, «comme une mère qui attend le retour de ses enfants». Pour cela, le peuple de Dieu l’invoque comme «la porte du Ciel».   

«Au seuil du ciel, une mère nous attend»

 Ainsi, la fête de l'Assomption de Marie est un appel à tous, en particulier à ceux qui sont affligés de doutes et de tristesse et qui vivent les yeux baissés, a relevé le Saint-Père, rappelant qu’«au seuil du ciel, une mère nous attend».

Elle est la reine des cieux et elle est notre mère qui nous dit: «Vous êtes précieux aux yeux de Dieu; vous n'êtes pas faits pour les petites satisfactions du monde, mais pour les grandes joies du ciel». Et le Pape de s’exclamer: «Dieu est joie, et non ennui».

 «Soyons attirés par la vraie beauté, ne soyons pas aspirés dans la petitesse de la vie, mais choisissons la grandeur du ciel», exhorte enfin le Pape François en ce 15 août.  

Après l’Angélus

Après avoir récité la prière de l’Angélus, le Saint-Père a exprimé sa proximité avec les populations de plusieurs pays d'Asie du Sud, durement touchées par les pluies de la mousson. «Je prie pour les victimes et les personnes déplacées, pour toutes les familles sans abri. Que le Seigneur donne de la force à eux et à ceux qui les aident», a-t-il déclaré.

Enfin, le Pape argentin a eu un mot pour les pèlerins rassemblés au sanctuaire de la Vierge noire de Czestochowa, en Pologne. En mémoire du centenaire de la restauration des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et la Pologne, le Successeur de Pierre a tenu à adresser toutes ses salutations aux fidèles de Jasna Gora.

15 août 2019, 12:35