Cerca

Vatican News

La maison natale de Jean-Paul Ier est désormais ouverte au public

Depuis le 2 août dernier, il est possible de visiter le lieu de naissance du pape Jean-Paul Ier. Albino Luciani a vu le jour le 17 octobre 1912 dans cette modeste demeure de Canale d’Agordo, ville située dans une zone montagneuse de la Vénétie, au nord-est de l’Italie.

Adélaïde Patrignani - Cité du Vatican 

La maison, inhabitée depuis 2008, a été rachetée le 27 juin dernier par le diocèse de Vittorio Veneto, sur le territoire duquel se trouve Canale d’Agordo. Il y a onze ans décédait son dernier propriétaire, Edoardo Luciani, le frère du pape Jean-Paul Ier. Comme l’explique Loris Serafini, directeur du musée Albino Luciani, les neuf neveux du pape ont ensuite «décidé d’attendre le moment opportun et ont gardé la maison disponible pour qu’elle puisse être rachetée par une entité ecclésiale. Le diocèse de Vittorio Veneto, grâce à l’aide d’un bienfaiteur, s’est manifesté et a pu acquérir la maison natale». Et puisqu’en novembre 2017, les vertus héroïques du «pape au sourire» ont été reconnues – ce qui ouvre la voie à sa béatification-, «il était juste de rendre accessible cet important souvenir de la vie du pape», comme l’estime Loris Serafini.  

À la source de sa vocation

Depuis le début du mois, on peut donc découvrir les lieux jadis habités par la famille Luciani, «famille de paysans, qui ont vécu dans la simplicité et la pauvreté». Et notamment la chambre où Albino Luciani a vu le jour et a été baptisé, le 17 octobre 1912 ; il s’agit de l’unique pièce de la maison chauffée par un poêle à bois. Dans cette demeure, le petit Albino a ensuite passé ses premières années, entouré de son frère Edoardo (1917-2008) et de sa sœur Antonia, surnommée «Nina» (1920-2009). En 1915, les parents avaient également accueilli un petit Tranquillo Federico, parti pour le ciel à l’âge d’un an.

Son père, Giovanni Luciani, était travailleur saisonnier – il fut aussi maçon -, de tendance socialiste anticléricale. Sa mère, Bortola Tancon, était en revanche une fervente catholique, qui travailla en cuisine à l'asile Saints-Jean-et-Paul de Venise. Bortola, encourageant la vocation précoce de son fils Albino, l’a vu partir pour le petit séminaire de Feltre en octobre 1923. Feltre se trouve également dans le diocèse de Vittorio Veneto… dont Albino Luciani est nommé évêque le 15 décembre 1958.

La maison de Canale d’Agordo est donc fortement liée à l’enfance du futur pape, mais pas seulement. Albino Luciani y retournait fréquemment pour voir son frère. «Il y est revenu peu avant son départ pour Rome. Il a toujours eu un lien très fort avec sa famille, explique Loris Serafini. Il a renoncé à sa part en faveur de son frère, précisément pour l’aider. Dans cette maison, il disposait d’une petite chambre où il pouvait venir dormir chaque fois qu’il le désirait». Et le lieu est propice au ressourcement, étant situé à 973 mètres d’altitude et à proximité du parc national des Dolomites de la province de Belluno.  

Les passages de saint Jean-Paul II

Canale d’Agordo a également accueilli saint Jean-Paul II, le 26 août 1979, lors de sa première visite pastorale en Italie, et le jour du premier anniversaire de l'élection de son prédécesseur. Il y est ensuite retourné au moins deux fois, de manière privée, lors de ses séjours d'été dans la région. Ces visites témoignent du lien fort qui existait entre les deux hommes d’Église qui, comme cardinaux, s'écrivaient souvent l'un à l'autre. Dans l'homélie de la messe célébrée devant l'église de Saint Jean-Baptiste le 26 août 1979, Jean Paul II avait d’ailleurs déclaré que «la mission et l'apostolat de mon prédécesseur continuent à briller comme la lumière la plus claire dans l'Église». Le pontificat de Jean-Paul Ier n’ayant duré que trente-trois jours, «il me revient non seulement de le poursuivre, mais d’une certaine manière de le reprendre depuis le même point de départ», avait-il aussi expliqué.

Éléments biographiques

Albino Luciani est ordonné prêtre le 7 juillet 1935 à Belluno. Le 27 décembre 1958, il est consacré évêque de Vittorio Veneto par Jean XXIII en la Basilique Saint-Pierre. Il participe au quatre sessions du concile Vatican II. Le Pape Paul VI le nomme patriarche de Venise le 15 décembre 1969. Il prend trois ans plus tard la vice-présidence de la conférence épiscopale italienne, puis est élevé à la pourpre cardinalice le 5 mars 1973. Le 26 août 1978, au deuxième jour du conclave, il est élu pape et choisi le nom de Jean-Paul Ier, en l’honneur de ses deux prédécesseurs directs, Jean XXIII et Paul VI. Sa devise papale est "humilitas" (humilité). Jean-Paul Ier meurt le 28 septembre, après l’un des plus brefs pontificats de l’histoire de l’Église. Inhumé le 4 octobre 1978, il repose dans la crypte de la basilique Saint-Pierre. Resté dans le cœur des fidèles «le Pape au sourire», respirant la bonté et la simplicité, désireux de se libérer des lourdeurs protocolaires et de rester un pasteur donné à son peuple, il est désormais engagé sur la voie de la béatification.

07 août 2019, 17:26