Cerca

Vatican News
Le Pape recevant la délégation venue de Roumanie. Sœur Armelle Bauwin est à droite sur la photo. Le Pape recevant la délégation venue de Roumanie. Sœur Armelle Bauwin est à droite sur la photo.  (Vatican Media )

Audience générale: le Pape François dresse le bilan de sa visite en Roumanie

Le Pape François a consacré l’essentiel de l’audience générale de ce mercredi 5 juin 2019 à son récent voyage en Roumanie, accompli de vendredi à dimanche dernier.

Cyprien Viet – Cité du Vatican

Le Pape a rendu grâce à Dieu, «qui a permis au Successeur de Pierre de retourner dans ce pays, 20 ans après la visite de saint Jean-Paul II».  En revenant sur le slogan de ce voyage, «cheminer ensemble», le Pape François a expliqué que sa joie a été de pouvoir cheminer lui-même «au milieu du peuple roumain, comme pèlerin sur sa terre».

François a rappelé que les différentes étapes de ce voyage ont mis en relief «la valeur et l’exigence de cheminer ensemble, que ce soit entre chrétiens, sur le plan de la foi et de la charité, ou entre citoyens, sur le plan de l’engagement civil». En exprimant sa «pensée fraternelle et reconnaissante» pour le Patriarche orthodoxe Daniel, qui l’avait accueilli vendredi, François s’est réjoui des «relations fraternelles» qui relient les différentes Églises. Il a pu constater l’œcuménisme à l’œuvre, de l’Église orthodoxe, largement majoritaire, jusqu'aux composantes grecque et latine de l’Église catholique, qui est «vivante et active», en passant par la «communauté luthérienne qui professe aussi la foi en Jésus-Christ, et qui a de bons rapports avec les orthodoxes et les catholiques». François évoquait ici la confession du président de la République de Roumanie, Klaus Johannis, lui-même marié à une catholique.

«L’union entre les chrétiens, bien qu’incomplète, est basée sur l’unique baptême et elle est scellée par le sang et par la souffrance subie ensemble dans les temps obscurs de la persécution, en particulier au siècle dernier sous le régime athée», a expliqué l’évêque de Rome.

La quête d’une «mémoire réconciliée» avec les orthodoxes

Le Pape a précisé que lors de sa rencontre avec les responsables de l’Église orthodoxe roumaine, il a rappelé «la volonté de l’Église catholique de cheminer ensemble dans la mémoire réconciliée et vers une unité plus pleine, que le peuple roumain avait prophétiquement invoqué durant la visite de saint Jean-Paul II ». François a aussi souligné l’importance symbolique du Notre Père, «patrimoine commun de tous les baptisés», récité à la cathédrale orthodoxe. «Que l’Esprit Saint puisse nous conduire à vivre toujours plus comme des enfants de Dieu et des frères entre nous», a-t-il lancé.

Le Pape est aussi revenu sur les trois eucharisties célébrées avec les différentes composantes de l’Église catholique dans le pays, notamment au sanctuaire de Sumuleu-Ciuc, où la «sainte Mère de Dieu accueille le peuple fidèle dans la variété des langues, des cultures et des traditions». Le dimanche, dans le cadre d’une Divine Liturgie célébrée à Blaj, «centre de l’Église gréco-catholique en Roumanie», le Pape a participé à la béatification de sept évêques martyrs gréco-catholiques, «témoins de la liberté et de la miséricorde qui viennent de l’Évangile». François a rappelé les mots de l’un de ces évêques, Mgr Iuliu Hossu, créé cardinal par Paul VI, qui avait écrit durant sa détention: «Dieu nous a envoyés dans ces ténèbres de la souffrance pour donner le pardon et prier pour la conversion de tous». Rédigées dans un contexte de tortures terribles, «ces paroles sont un témoignage de miséricorde».

Construire de nouvelles routes dans la fidélité aux racines

Le Pape a aussi évoqué la rencontre «intense et festive» avec les jeunes et les familles tenue à Iasi, un important carrefour culturel du nord-est de la Roumanie, dans «un lieu qui invite à ouvrir des routes sur lesquelles cheminer ensemble, dans la richesse des diversités, dans une liberté qui ne retire pas les racines mais qui y puise d’une façon créative». Enfin, la dernière étape de son voyage a été la visite à la communauté Rom de Blaj, où il a voulu «renouveler l’appel contre toute discrimination et pour le respect des personnes de toute ethnie, langue et religion».

Le Pape a conclu son intervention en demandant à Dieu, par l’intercession de la Vierge Marie, que ce voyage «porte des fruits abondants pour la Roumanie et pour l’Église en ces terres».

Sœur Armelle Bauwin, jeune religieuse française de la Congrégation des Oblates de l'Assomption, a participé à l'accueil du Pape en Roumanie, et elle est venue à Rome avec une trentaine de personnes afin de le remercier pour sa visite:

La réaction de sœur Armelle Bauwin à la visite du Pape en Roumanie

Une minute pour la paix samedi à 13h

Au terme de l’audience, le Pape a annoncé que ce samedi à 13h, tous ceux qui le veulent seront invités à dédier «une minute pour la paix», en ce 8 juin qui marquera le 5e anniversaire de la rencontre au Vatican entre le Pape François, le Patriarche Bartholomée, le président israélien de l’époque Shimon Peres et le président palestinien Mahmoud Abbas. Les croyants sont invités à prier, et les non-croyants peuvent y consacrer un moment de réflexion. Le Pape a remercié l’Action Catholique Internationale qui promeut cette initiative, permettant de se mobiliser «tous ensemble pour un monde plus fraternel».

L’annonce de la Pentecôte

Le Pape a rappelé que «dimanche prochain nous célébrerons la solennité de la Pentecôte. Que le Seigneur vous trouve tous prêts à accueillir l’abondante effusion de l’Esprit Saint. Que la grâce de ses dons diffuse en vous une nouvelle vitalité de la foi, revigore l’espérance et donne une force agissante à la charité», a-t-il conclu.

 

05 juin 2019, 11:44