Recherche

Vatican News
Le Pape saluant les religieuses venues le rencontrer Le Pape saluant les religieuses venues le rencontrer  (AFP or licensors)

Le Pape au Maroc: la mission "ne passe pas par le prosélytisme"

Lors d’une rencontre avec le clergé, les religieux et religieuses vivant au Maroc, le Pape a rappelé que le chrétien n’était pas le fruit d’un prosélytisme mais d’une rencontre avec le Christ. L’Église, quant à elle, est appelée à entrer dans le dialogue de salut et d’amitié que Dieu a ouvert avec le monde, a-t-il également affirmé.

La cathédrale de Rabat, entièrement repeinte pour l’occasion, a accueilli l’un des temps forts de cette deuxième et dernière journée du Pape au Maroc: la rencontre avec les prêtres, les consacré(e)s, -religieux et religieuses-,  ainsi que les membres du Conseil œcuménique des Églises qui réunit les 5 Églises présentes dans le pays (catholique, anglicane, évangélique, grecque-orthodoxe et russe-orthodoxe). Également présents, plusieurs évêques de la CERNA (Conférence des évêques de la région Nord de l’Afrique).

La mission ne passe pas par le prosélytisme

Dans son discours, le Pape est longuement revenu sur la dimension très minoritaire de la présence chrétienne dans le royaume chérifien. «Cette réalité n’est pas un problème», a-t-il d’emblée déclaré, comparant cette présence à un peu de levain dans la pâte. «Notre mission de baptisés, de prêtres, de consacrés, n’est pas déterminée particulièrement par le nombre ou par l’espace que nous occupons, mais par la capacité que l’on a de produire et de susciter changement, étonnement et compassion». Pour le Pape en effet, le problème n'est pas tant la quantité que la qualité; il ne s’agit pas d’occuper l’espace, mais d’être «signifiants». Être chrétien, a insisté le Saint-Père, «ce n’est pas adhérer à une doctrine, ni à un lieu de culte, ni à un groupe ethnique. Être chrétien, c’est une rencontre, (…) c’est se savoir pardonnés». Le chemin de la mission ne passe donc pas par le prosélytisme, a martelé le Pape, citant son prédécesseur Benoît XVI: «l’Église ne grandit pas par prosélytisme, mais par attraction».

Entrer en dialogue

Reprenant les mots de saint Paul VI dans son encyclique Ecclesiam suam, François a assuré que l’Église, par fidélité à son Seigneur, devait entrer dans un «dialogue de salut et d’amitié» avec l’humanité, avec douceur et humilité, «sans calculs et sans limites, dans le respect de la liberté des personnes». Et le Pape de citer l’exemple de ces «frères aînés» qui ont enprunté ce chemin: saint François d’Assise et le Bienheureux Charles de Foucault. Ce faisant, l’Église «participe à l’avènement de la fraternité, qui a sa source profonde non pas en nous, mais dans la Paternité de Dieu».

Ce dialogue, suggère encore le Pape, doit se vivre comme une intercession, devenir une prière qui se réalise concrètement au nom de la fraternité humaine mise à mal et déchirée par de nombreux maux. «Une prière qui ne fait pas de distinction, ne sépare pas et ne marginalise pas, mais qui se fait l’écho de la vie du prochain ; prière d’intercession qui est capable de dire au Père: ‘Que ton Règne vienne’. Non pas par la violence, non pas par la haine, ni par la suprématie ethnique, religieuse, économique, mais par la force de la compassion répandue sur la Croix pour tous les hommes», a déclaré le Souverain Pontife avec force, sous les applaudissements.

Le Pape a salué ici le travail accompli par ces prêtres, religieux et religieuses au Maroc : «ainsi vous démasquez et réussissez à mettre en évidence toutes les tentatives d’utiliser les différences et l’ignorance pour semer la peur, la haine et le conflit. Parce que nous savons que la peur et la haine, nourries et manipulées, déstabilisent et laissent spirituellement sans défense nos communautés». Il les a encouragés à une charité active, qui puisse être «un chemin de dialogue et de coopération» avec les musulmans, affirmant encore qu’elle était «la meilleure opportunité pour continuer à travailler en faveur d’une culture de la rencontre».

Une grande histoire à construire

«Merci pour votre présence humble et discrète», leur a lancé le Saint-Père. «Vous êtes des témoins d’une histoire qui est glorieuse parce qu’elle est une histoire de sacrifices, d’espérance, de lutte quotidienne, de vie consumée dans le service, de constance dans  le travail fatigant, parce que tout travail est à la sueur du front», a-t-il conclu avant de leur rappeler qu’ils avaient, eux aussi, «une grande histoire à construire», les enjoignant à regarder vers l’avenir, à être le signe vivant de la fraternité désirée par Dieu, comme des croyants non pas résignés, mais certains que Dieu les précède.

Au début de la rencontre, qui s’est terminée par la prière de l’Angélus, le Pape avait chaleureusement salué le frère Jean-Pierre Schumacher, le dernier survivant de la communauté des moines de Tibhirine (Algérie). Les deux hommes se sont embrassé la main, sous les applaudissements nourris et émus de l’assistance. Le moine trappiste, aujourd’hui âgé de 94 ans, vit au monastère Notre-Dame de l’Atlas, à Midelt, au Maroc. Le Saint-Père a également rendu hommage à sœur Ersilia, 97 ans, et franciscaine depuis… 80 ans.

31 mars 2019, 12:29