Cerca

Vatican News
Le Pape François lors de l'audience générale du 16 janvier Le Pape François lors de l'audience générale du 16 janvier  (ANSA)

Audience générale: prier Dieu comme un enfant regarde son père

Le Pape François a poursuivi ce mercredi sa catéchèse sur la prière du “Notre Père” lors de l’audience générale tenue dans la salle Paul VI au Vatican.

Olivier Bonnel-Cité du Vatican

Le Pape s’est appuyé sur cet extrait de la Lettre de Saint-Paul aux Romains : «Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur ; mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; et c’est en lui que nous crions "Abba !", c’est-à-dire : Père !»

C’est dans ce cri vers le Père que se condense toute la nouveauté de l’Évangile. Le chrétien ne considère plus Dieu comme un tyran à craindre, a expliqué le Saint-Père,  il n’a plus peur mais il entend faire germer en son cœur la confiance en lui: il peut parler avec le Créateur en l’appelant "Abba".

L’Écriture a gardé l’expression araméenne de Jésus, c’est comme si sa voix «était enregistrée» a expliqué le Pape.

Dans la première parole du Notre Père nous trouvons la nouveauté radicale de la prière chrétienne. Dire "Abba", c’est bien plus intime et émouvant que d’appeler simplement Dieu "Père". Nous continuons ainsi à dire "Notre Père", mais nous sommes invités à dire "papa" avec notre cœur. 

Avoir le cœur d’un enfant

«Pour cela, a poursuivi François, pour bien prier il faut avoir le cœur d’un enfant, comme un enfant dans les bras de son père, de son papa». 

«Que signifie cette parole pour Jésus ?», a demandé le Pape. Pour répondre à cette question, il faut relire la parabole du père miséricordieux qui accueille son fils prodigue en lui faisant comprendre combien il lui a manqué (Luc 15, 11-32). A chaque fois Dieu répond qu’il ne connait «que l’amour».

Il suffit d’évoquer l’expression "Abba" pour que se développe une prière chrétienne, a poursuivi François. Dans cette expression "Abba", il y a une force qui attire tout le reste de la prière.

«Dieu te cherche même si tu ne le cherches pas. Dieu t’aime même si tu l’as oublié. Dieu n’est pas seulement un père, il est comme une mère qui ne cesse jamais d’aimer sa créature».

Dieu ne nous a jamais «perdu de vue»

Pour un chrétien, prier c’est donc simplement dire "Abba", avec la confiance d’un enfant. Et même dans les moments difficiles où nos sentiers semblent s’éloigner de Dieu, nous pouvons encore trouver la force de prier en évoquant "Notre Père".

Il ne cachera jamais son visage, même si l’on a fait des choses mauvaises. Il ne s’enfermera jamais dans le silence, mais sera toujours un père qui nous aime. «Il nous dira toujours qu’il est un père qui jamais ne nous a perdu de vue». N’oublions jamais, a conclu François de dire "Père"

16 janvier 2019, 11:09