Cerca

Vatican News
Angélus place Saint-Pierre, dimanche 16 décembre 2018. Angélus place Saint-Pierre, dimanche 16 décembre 2018.   (AFP or licensors)

Angélus: se remettre en question pour accueillir la joie de Noël

Avant de réciter la prière de l’Angélus place Saint-Pierre ce dimanche 16 décembre, le Pape François a médité sur le sens de la joie suscité par l’arrivée du Christ.

En ce troisième dimanche de l'Avent, le Pape s’est arrêté sur la joie suscitée par la présence du Christ citant le verset 14 du prophète Sophonie. «Pousse des cris de joie, ô fille de Sion !Lance un cri de triomphe, ô Israël !Réjouis-toi, exulte de tout cœur, ô fille de Jérusalem».

Gratitude joyeuse

Ainsi par cette présence, pour le peuple, la tristesse et le découragement ne sont plus une raison, mais tout suscite une gratitude joyeuse envers Dieu, qui veut toujours racheter et sauver ceux qu'il aime, explique le Pape. Car l'amour du Seigneur pour son peuple est incessant: «Il se réjouira pour vous, il vous renouvellera avec son amour, il exultera pour vous avec des cris de joie» (v. 17), rappelle François.

Un appel à la joie particulièrement approprié à l’approche de Noël. Et le Souverain pontife d’ajouter que ce message trouve toute sa signification lors de l'Annonciation à Marie, relatée par l'évangéliste Luc. Les paroles adressées par l'archange Gabriel à la Vierge font écho à celles de Sophonie: «Réjouis-toi, plein de grâce, le Seigneur est avec toi» (Lc 1,28). 

 

En Galilée, Dieu a allumé une étincelle

C’est dans un village reculé de Galilée, dans le cœur d'une jeune femme inconnue du monde, que Dieu allume l'étincelle du bonheur pour le monde entier, résume le Saint-Père, avant de poursuivre: «Aujourd’hui, la même proclamation s’adresse à l’Église, appelée à accueillir l’Évangile pour qu’il devienne chair et vie concrète»: «Réjouis-toi, petite communauté chrétienne, pauvre et humble mais belle parce que tu désires ardemment mon Royaume, parce que tu as faim et soif de justice. Tisse patiemment la paix, ne poursuis pas les puissants en devoir mais reste fidèlement près des pauvres. Ainsi tu n’auras peur de rien, et ton cœur sera dans la joie».

Préserver la sérénité

Aujourd'hui aussi, saint Paul nous demande de ne nous inquiéter de rien, mais de faire en sorte de présenter à Dieu nos demandes, nos besoins, nos préoccupations «avec des prières et des pétitions» (Ph 4,6). «Aucune inquiétude, aucune peur ne pourra jamais enlever la sérénité qui vient de savoir que Dieu guide toujours nos vies avec amour. Même au milieu des problèmes et des souffrances, cette certitude nourrit espoir et courage», ajoute le Successeur de Pierre, nous enjoignant à nous remettre en question afin d’accueillir au mieux cet invitation du Seigneur à la joie.

«Que devons-nous faire?» (Lc 3, 10). Cette question est la première étape de la conversion que nous sommes invités à franchir en cette période de l’Avent, conclut-il.

Après l'Angélus

Après l'Angélus, le Pape François a brièvement évoqué le Pacte mondial pour des migrations sures, ordonnées et régulières, approuvé le 10 décembre à Marrakech. «J'espère qu'à travers cet instrument, la responsabilité, la solidarité et la compassion, face à ceux qui ont quitté leur pays pour des motifs divers, pourront opérer», a-t-il déclaré. Le Vatican soutient ce pacte de manière appuyé, le cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'État du Saint-Siège, s'étant rendu sur place à Marrakech. 

16 décembre 2018, 12:38