Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape recevant ce matin une délégation des "Juifs des Montagnes". Le Pape recevant ce matin une délégation des "Juifs des Montagnes".  (ANSA)

Pape François : un chrétien ne peut pas être antisémite

Le Pape François a reçu ce matin une délégation des Juifs des Montagnes, une communauté présente dans le Caucase.

Le Pape François a accordé ce matin une audience à des représentants du Congrès mondial des Juifs des Montagnes. C’est la première fois que des membres de cette  communauté établie dans le Caucase depuis 1500 ans étaient reçus par un Pape.

Les Juifs des Montagnes descendent des Juifs perses, qui venaient d’un territoire correspondant à l’actuel Irak. Ils étaient connus autrefois pour être de grands combattants et de grands cavaliers. Ils vécurent dans des communautés montagneuses près de la mer Caspienne durant de nombreux siècle, mais après la chute de l’Union soviétique, ils se sont dispersés dans différentes régions, avec des communautés vivant en Russie et en Azerbaïdjan.

Les traumatismes de l'Holocauste

Le Pape a commencé son intervention en rappelant sa rencontre récente avec une communauté juive lors de sa visite en Lituanie en septembre. Cette visite commémorait le 75e anniversaire de la destruction du ghetto juif à Vilnius, ville devenue quelques décennies plus tard depuis la capitale de la Lituanie.

Le Pape a évoqué plusieurs commémorations liées à l’Holocauste, notamment les rafles dans la communauté juive de Rome  il y a 75 ans également, ainsi que les persécutions de juifs allemands par les nazis, dès les années 1930, avec notamment, le 9 novembre 1938, ces destructions de commerces juifs et de synagogues durant ce qui a été communément appelé «la Nuit de cristal» en référence aux vitrines brisées, bien que ce terme soit aujourd’hui remis en question par les historiens qui préfèrent utiliser des termes se référant directement à la destruction des vies humaines.

«La tentative de remplacer le Dieu de bonté avec l’idolâtrie du pouvoir et l’idéologie de haine s’est terminée dans la folie de l’extermination d’êtres humains, a déploré le Pape François. Par conséquent, la liberté religieuse est un bien suprême à sauvegarder, un droit humain fondamental et une protection contre les revendications du totalitarisme», a-t-il dit.

Environ 1500 Juifs des Montagnes furent tués durant l’Holocauste, la plupart de Crimée. La plus grande partie de la communauté ne fut pas affectée par l’Holocauste, en partie parce que les forces allemandes n’avaient pas atteint leur territoire, mais aussi parce que les nazis les considéraient comme des juifs religieux plutôt que comme des juifs raciaux, qui constituaient une plus grande cible pour le régime nazi.

Lutter contre l'antisémitisme, un combat toujours actuel

Le Pape a remarqué qu’il y a toujours des attitudes antisémites dans la société aujourd’hui : «Comme je l’ai souvent répété, un chrétien ne peut pas être un antisémite, nous partageons les mêmes racines. Ce serait une contradiction de foi et de vie. Nous sommes appelés à œuvrer ensemble pour s’assurer que l’antisémitisme soit banni de la communauté humaine.»

En citant le prophète Isaïe, le Pape François a appelé toutes les religions à aider le monde à «transformer les lances en serpes» de façon à ce que les communautés puissent expérimenter une période de patiente réconciliation. Le Pape a conclu son discours, en prononçant cette bénédiction traditionnelle en hébreu : «Shalom Alerhem !»

05 novembre 2018, 18:58