Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape posant avec les participants au Synode, le 27 octobre 2018. Le Pape posant avec les participants au Synode, le 27 octobre 2018.  (Vatican Media)

Fin du Synode: le Pape invite à défendre l’Église

Dans une intervention empreinte de gravité, en conclusion de l’Assemblée synodale, le Pape a évoqué la crise qui secoue l’Église catholique en invitant à la pénitence pour que l’Église ne soit pas salie.

«C’est le moment de défendre l’Église contre le Grand Accusateur, avec la prière et la pénitence : nous ses enfants, nous sommes tous sales, nous sommes tous pécheurs, mais l’Église ne doit pas être salie.» Dans sa prise de parole en conclusion du Synode, le Pape a fait une allusion explicite à la crise qui secoue l’Église catholique, en invitant à la pénitence. Il est aussi revenu sur le processus synodal en invitant à laisser le Document final «travailler dans nos cœurs», à prier, à l’étudier, car les participants au Synode en sont les premiers destinataires mais il n’est qu’un outil pour avancer dans la réflexion, et non pas une fin en soi.

François a également rappelé que le Synode n’est pas un Parlement, mais qu’il «est un espace protégé pour que l’Esprit Saint puisse agir», et c’est pour cela que les informations transmises à l’extérieur ne peuvent être que générales, sans exposer des situations particulières.

Ne pas laisser l’Église être salie

Le Pape a ensuite mis l’accent sur la sainteté de l’Église, qui doit être défendue. «Notre Mère est sainte» mais nous, ses enfants, «nous sommes tous pécheurs», a-t-il souligné, et justement «à cause de nos péchés, le Grand Accusateur» en profite et tourne autour de la terre en cherchant qui accuser. «En ce moment il est en train de nous accuser fortement», a remarqué le Pape, «et cette accusation devient une persécution», a-t-il déclaré en faisant allusion aux persécutions physiques concrètes, vécues par exemple par les chrétiens d’Irak dont venait de parler le cardinal Sako à la tribune de Synode, mais aussi à d’autres formes de persécution plus insidieuses qui se font jour dans d’autres environnements, avec «des accusations continues pour salir l’Église». L’Église, notre mère, ne doit pas être salie, même si nous, «nous sommes tous sales», a lancé François.

«Et c’est donc le moment de défendre la Mère. Et la Mère, on la défend du Grand Accusateur avec la prière et la pénitence. C’est pour cela que j’ai demandé, dans ce mois qui finit dans peu de jours, de prier le Rosaire, de prier saint Michel archange, de prier la Vierge pour qu’elle recouvre toujours la Mère Église. Continuons à le faire. C’est un moment difficile, parce qu’à travers nous l’Accusateur attaque la Mère, et on ne touche pas à la Mère. Ceci, je voulais le dire avec mon cœur à la fin du Synode», a précisé François avec fermeté.

Au début de son discours, le Pape a remercié chaleureusement tous ceux qui ont travaillé à ce Synode qui se conclut dimanche. Il a remercié particulièrement les jeunes qui «nous ont apporté leur musique ici dans la Salle», tout en précisant avec humour que «“musique” est la parole diplomatique pour dire… “vacarme” !». En conclusion, le Pape a rappelé que l’Esprit Saint «offre ce document pour nous tous, aussi pour moi, pour réfléchir ce qu’il veut nous dire à nous».

Cardinal Sako : ne pas oublier les chrétiens d’Orient

S’exprimant au nom des quatre présidents délégués du Synode, le cardinal Sako a exprimé sa gratitude pour cette Assemblée synodale, et il a rappelé que des millions de fidèles prient chaque jour pour le Pape. Il a évoqué un proverbe en arabe qui dit : «L’arbre fructueux est frappé avec des pierres», en encourageant le Pape à avancer «avec courage et confiance». La barque de Pierre, malgré les vagues, reste solide parce que Jésus «ne l’abandonnera jamais». Il appelle donc à construire une société plus fraternelle et «à ne pas oublier les chrétiens d’Oirent», parce que «si l’Orient est vide de chrétiens, a-t-il averti, le christianisme restera sans racine». Ils ont donc besoin de soutien et de proximité «jusqu’à ce que la tempête passe».

Cardinal Baldisseri : les jeunes ont montré un visage lumineux de l’Église

Dans son salut conclusif, le cardinal Baldisseri, secrétaire général du Synode des évêques, a remercié le Pape pour sa proximité tout au long de cette assemblée, ainsi que les que les jeunes qui avec leur présence et leur enthousiasme ont permis de «manifester le visage beau, lumineux et pluriel de l’Église présente sur tous les continents». Il a enfin remercié tous ceux qui ont permis le bon déroulement de cette assemblée, des pères synodaux jusqu’au personnel technique.

27 octobre 2018, 22:34