Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape au palais présidentiel de Tallinn en Estonie mardi 25 septembre 2018. Le Pape au palais présidentiel de Tallinn en Estonie mardi 25 septembre 2018.   (ANSA)

A Tallinn, le Pape loue la mémoire et les racines

Pour sa troisième étape aux pays baltes, le Pape François s’est arrêté en Estonie où il a livré mardi 25 septembre son discours devant les autorités officielles du pays.

Dans la capitale la plus septentrionale qu’il ait visité, le Pape argentin  a une nouvelle fois fait allusion à «la capacité d’endurance» des peuples baltes face à l’adversité que l’Histoire leur a tant de fois opposé.

Mémoire et fécondité

Devant un parterre d’officiels, François a justement rappelé l’Histoire tourmentée de ce petit pays qui fête le centenaire de son indépendance cette année. Depuis des siècles ces terres estoniennes sont appelées «Terre de Marie», Maajamaa. «Penser à Marie évoque en moi deux mots : mémoire et fécondité. Elle est la femme de la mémoire, qui garde tout ce qu’elle vit, comme un trésor, dans son cœur; et elle est la mère féconde qui donne la vie à son Fils», a-t-il affirmé.  

Cultiver la mémoire reconnaissante

Une «terre de mémoire» que François justifie tout d’abord par les nombreuses luttes pour la liberté et l’indépendance que le pays a connu. Il a reconnu ensuite «les pas de géant» accompli ces 25 dernières années, depuis la chute du communisme. «Même en étant petite, la société estonienne  se trouve parmi les premières, selon les indicateurs de développement, par sa capacité d’innovation, sans compter qu’elle révèle un niveau élevé de liberté de presse, de démocratie et de liberté politique», a-t-il ajouté.

Ce haut degré d’avancement, couplé au tissage de nombreux liens de coopération et d’amitié avec divers pays, donne au Saint-Père un exemple parfait d’espérance. «Être terre de mémoire signifie savoir se souvenir que le niveau auquel vous êtes parvenus aujourd’hui est dû à l’effort, au travail, à l’esprit et à la foi de vos ancêtres», leur a-t-il lancé, les enjoignant à cultiver «la mémoire reconnaissante».

Conscience d’appartenance

Le Pape s’est ensuite livré à des développements sur le sens des sociétés, louant «la conscience d’appartenance», et rappelant avec insistance que «le bien-être n’est pas toujours synonyme de vivre bien».

En effet, l’une des conséquences que nous pouvons observer dans nos sociétés technocratiques, c’est la perte du sens de la vie, de la joie de vivre et, donc, une extinction lente et silencieuse de la capacité d’émerveillement, qui plonge souvent les gens dans une lassitude existentielle, a déploré l’évêque de Rome. Selon lui, «la conscience d’appartenance et de lutte pour les autres, d’enracinement dans un peuple, dans une culture, dans une famille, peut se perdre peu à peu en privant les plus jeunes – en particulier - de racines à partir desquelles on construit son présent et son avenir, car on les prive de la capacité de rêver, de risquer, de créer». Mettre toute sa confiance dans le progrès technologique «comme unique voie possible de développement» n’est donc pas envisageable et «peut causer la perte de la capacité de créer des liens interpersonnels, intergénérationnels et interculturels».

Par conséquent, le Souverain pontife a estimé qu’il n’y avait pas pire aliénation que de faire «l’expérience de ne pas avoir de racines, de n’appartenir à personne». La mémoire et les racines, elles seules, feront de la terre estonienne un modèle de fécondité.

25 septembre 2018, 11:37