Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape François lors de l'Angélus du 2 septembre 2018. Le Pape François lors de l'Angélus du 2 septembre 2018.   (Vatican Media)

Angélus: donner plus d'importance à la substance qu'à la forme

Pour ce 22e dimanche du temps ordinaire, lors de l'Angélus, le Pape François a repris la lecture de l'Évangile de Marc, invitant chacun à faire un examen de conscience et à fuir ce danger de donner plus d'importance à la forme qu'au fond.

Depuis la fenêtre du Palais apostolique, pour ce 22e dimanche du Temps ordinaire, le Pape François a repris la lecture de l’Évangile de Marc. Dans l’extrait choisi, il est revenu sur un thème important pour les croyants: «l’authenticité de notre obéissance à la Parole de Dieu, contre toute contamination mondaine ou formalisme légaliste». Le Souverain Pontife est d’abord revenu sur le début du récit, et cette objection que les scribes et pharisiens adressent à Jésus, en accusant ses disciples de ne pas suivre les préceptes rituels selon les traditions. Une façon de porter atteinte à la fiabilité et à l’autorité de Jésus comme Maître explique François. Jésus qualifie en réponse les scribes et les pharisiens d’hypocrites, «hypocrite est l’un des adjectifs les plus forts que Jésus utilise dans les Evangiles» détaille le Saint-Père.

Jésus veut en effet secouer les scribes de l’erreur dans laquelle ils sont tombés, c’est-à-dire celle de perturber la volonté de Dieu et cachant ses commandements pour observer les traditions humaines.

Ne pas se laisser contaminer

Aujourd’hui, continue le Pape François, «le Seigneur nous invite à fuir ce danger de donner plus d’importance à la forme qu’à la substance. Il nous appelle à reconnaître, toujours de nouveau, ce qui est le vrai centre de l’expérience de foi, c’est-à-dire l’amour de Dieu et l’amour du prochain en le purifiant de l’hypocrisie du légalisme et du ritualisme.»

Le message de l’Évangile aujourd’hui est aussi renforcé par la voix de l’apôtre Jacques, qui dit en résumé comment doit être la vraie religion: «Visiter les orphelins et les veuves dans la souffrance et ne pas se laisser contaminer par ce monde». «Ne pas se laisser contaminer par ce monde ne veut pas dire s’isoler et se fermer de la réalité» précise-t-il, il s’agit de veiller à ce que notre façon de penser et d’agir ne soit pas pollué par la «mentalité mondaine, ou par la vanité, l’avarice».

Faire un examen de conscience 

En conclusion, François appelle chacun à faire un examen de conscience, afin voir comment nous accueillons la Parole de Dieu, une Parole qui est «comme un grain de blé, comme une semence qui doit grandir dans les oeuvres concrètes». «Si nous l’écoutons d’une façon distraite et superficielle, cela ne servira pas à grand chose. Nous devons au contraire accueillir la Parole avec un esprit et un cœur ouverts, comme un bon terreau, de façon à ce qu’elle soit assimilée et porte du fruit dans la vie concrète», termine François.

02 septembre 2018, 12:30