Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape François lors de la prière de l'Angélus, dimanche 19 août 2018 Le Pape François lors de la prière de l'Angélus, dimanche 19 août 2018  (Vatican Media)

Angélus: apprendre la vie éternelle du Corps et du Sang du Christ

Depuis la fenêtre des appartements pontificaux, le Pape François a commenté le discours du Christ à la synagogue de Capharnaüm : ‘Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous’ (Jn 6, 51- 58). Jésus invite à entrer en communion avec Lui, à vivre pour le Seigneur et pour son prochain. Ceux qui résistent sont ceux qui ont «du mal à agir selon les critères de Jésus et non selon les critères du monde» a affirmé François.
Marie Duhamel – Cité du Vatican

Lors de sa catéchèse ce dimanche 19 août, le Pape est revenu sur un moment qu’il a qualifié de «décisif». Lorsqu’après la multiplication des pains, Jésus se présente comme ‘le pain vivant descendu du ciel’ et qu’il ajoute: ‘Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde’. Ceux qui assistent à son discours se demandent comment cet homme peut leur donner sa chair à manger. «Quand le signe du pain partagé porte à sa vraie signification, c’est-à-dire le don de soi jusqu’au sacrifice, explique François, émerge l’incompréhension, et même le refus de celui qu’ils voulaient peu de temps auparavant porter en triomphe» ou «le faire roi».

Se désaltérer pour l'éternité

‘Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous’, poursuit Jésus. La Chair et Sang qui, dans le langage biblique, expriment l’humanité concrète. «Les gens et même les disciples ont l’intuition que Jésus les invite à entrer en communion avec Lui, à le ‘manger’ Lui, son humanité, afin de partager avec Lui le don pour la vie du monde. C’est autre chose que les triomphes et les mirages du succès !» s’exclame le Pape.

Ce pain de vie, sacrement du Corps et du Sang du Christ, est donné gratuitement lors du repas eucharistique. Lors de la messe, «nous trouvons ce qui nous rassasie et nous désaltère spirituellement aujourd’hui et pour l’éternité». Et ainsi, à chaque fois qu’un fidèle communie, il anticipe le ciel sur la terre, explique François «parce qu’à partir du repas eucharistique, du Corps et Sang de Jésus, nous apprenons ce qu’est la vie éternelle». Cela est vivre pour le Seigneur.

Se laisser façonner par l’Eucharistie

‘Celui qui mange ma chair demeure en moi’, dit Jésus dans l’Evangile de ce jour. «L’Eucharistie nous façonne parce que nous ne vivons pas que pour nous même, mais pour le Seigneur et pour nos frères ». Le Pape rappelle que le bonheur et l’éternité de la vie dépendent de notre capacité à rendre fécond l’amour évangélique que nous recevons de l’Eucharistie.

Aujourd’hui encore Jésus répète à chacun : ‘si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous’. «Il ne s’agit pas de nourriture matérielle, mais d’un pain vivant et vivifiant, qui communique la vie même de Dieu». Pour avoir cette vie, il est nécessaire de se nourrir de l’Evangile et de l’amour du prochain.

Face à l’invitation de Jésus à nous nourrir de son Corps et de son Sang, certains pourraient ressentir le besoin de discuter et de résister, «cela arrive lorsque nous avons du mal à modeler notre existence sur celle de Jésus, à agir selon ses critères et non selon les critères du monde». Mais le Christ ne se lasse pas d’inviter chacun à son banquet. En nous nourrissant de Lui, poursuit le Pape, nous pouvons entrer en pleine syntonie avec le Christ, avec ses sentiments et ses comportements.

19 août 2018, 13:06