Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape préside la messe au Palexpo de Genève le 21 juin 2018. Le Pape préside la messe au Palexpo de Genève le 21 juin 2018.  (AFP or licensors)

À Genève, le Pape prône l’ère du pardon entre chrétiens

Devant 40 000 catholiques du pays de Calvin et de ses alentours alpins, le Pape François a présidé le 21 juin une messe au Palexpo de Genève, dont il a centré l’homélie sur le pardon entre frères chrétiens.

Delphine Allaire – Cité du Vatican

La grande porte coulissante du Palexpo s’est ouverte ce jeudi matin à 10heures. Les fidèles, des collégiens et des familles notamment, ont sereinement envahi le grand palais des expositions de Genève, 106 000 mètres carrés situés à proximité de l’aéroport. 

Devant ce parterre de familles helvètes, le Souverain pontife a prononcé une homélie articulée autour des trois mots-clés, père, pain et pardon, développant la valeur du pardon entre chrétiens, essentielle «après des siècles de controverses et de déchirures» tels que les soubresauts de l’histoire religieuse l’ont montré.

«Le pardon fait des miracles»

 

«Le pardon est la clause contraignante du Notre Père», a affirmé François devant le parterre de familles helvètes, soulignant «le souhait de Dieu» de voir chacun «amnistier les fautes d’autrui». «Une radiographie du cœur» s’impose alors pour voir s’il subsiste de quelconques blocages ou obstacles à cette vertu. En effet, pointe le Pape, «le pardon renouvelle et fait des miracles»; il a une fonction métamorphique, changeant le mal en bien. 

La figure du père

Outre le pardon, François est revenu sur les termes de «père» et de «pain». Pour le premier, il a souligné l’importance de  la prière du Notre Père, un «fortifiant pour nos racines», et cette figure est en quelque sorte le «regénérateur de la famille humaine». «Il n’y a pas de Père sans enfants : aucun de nous est enfant unique, chacun doit prendre soin des frères de l’unique famille humaine». 

Une vie simple

«Attention à qui spécule sur le pain! La nourriture de base pour la vie quotidienne des peuples doit être accessible à tous», a-t-il déclaré, rappelant que ce pain était l'aliment de base pour vivre et que de nombreuses personnes en manquait encore cruellement. Le Pape a par ailleurs loué la simplicité du pain «pour retrouver le courage du silence et de la prière», cruciale dans une époque saturée d’informations «superflues». 

Cette nourriture quotidienne doit ainsi nous conduire à un mode de vie plus axée sur la sobriété. Ce pain quotidien est en effet Jésus, et nous devons prendre garde à ne pas le réduire à l'état de «garniture». 

Enfin, le Pape a appelé à faire ces choix de vie «à contre-courant» à la manière de Saint Louis de Gonzague, saint patron de la jeunesse catholique, dont le souvenir est rappelé ce 21 juin.

À l’issue de la messe, Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg et Neuchâtel, a remercié le Saint-Père. Le Pape, lui, a remercié les organisateurs, les diocèses de Lausanne-Genève-Fribourg, tout en saluant les citoyens genevois; «cette belle ville, où il y a exactement 600 ans a séjourné le Pape Martin V, et aussi siège d’importantes institutions internationales, dont l’Organisation Internationale du Travail, qui célèbrera l’année prochaine le centenaire de sa fondation». 

François a aussi béni une mosaïque «de la Résurrection» à la fin de la célébration. Elle sera plus tard posée dans la salle de la prison suisse de Champ-Dollon où sont célébrées les messes avec les détenus. 

21 juin 2018, 17:46