Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape saluant un groupe de migrants après l'audience générale du 6 juin dernier. Le Pape saluant un groupe de migrants après l'audience générale du 6 juin dernier.  (AFP or licensors)

Colloque sur la migration internationale : le Pape invite à la compassion

Dans le contexte du 25e anniversaire du rétablissement des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et le Mexique, les deux États organisent ce jeudi, pour la deuxième fois, un colloque sur la migration internationale. Il est organisé à la Casina Pie IV, dans les Jardins du Vatican, en présence notamment du Secrétaire pour les Relations avec les États, Mgr Paul Richard Gallagher, qui a transmis aux participants un message du Pape François

Cyprien Viet – Cité du Vatican

Dans ce message, le Pape rappelle l’engagement de la communauté internationale pour deux pactes globaux, l’un sur les réfugiés, et l’autre sur «la migration sûre, ordonnée et régulière». François invite donc à ce que l’engagement des acteurs de ce colloque contribue à une approche du phénomène qui puisse «trouver son point de force dans les valeurs de la justice, de la solidarité et de la compassion». Il faut donc un «changement de mentalité», martèle le Saint-Père, et ne plus considérer chaque migrant «comme une menace envers notre confort, mais l’estimer comme quelqu’un qui, avec son expérience de vie et ses valeurs peut apporter beaucoup et contribuer à la richesse de notre société».

Face à ce phénomène d’une ampleur grandissante, qui dépasse les cadres nationaux, une coopération entre tous les États concernés est nécessaire, «du pays d’origine jusqu’à la destination, comme aussi dans la facilitation du retour et du transit», précise le Pape dans ce message. «Dans chacun de ces passages, le migrant est vulnérable, il se sent seul et isolé. Prendre conscience de ceci est d’une capitale importance si l’on veut donner une réponse concrète et digne à ce défi humanitaire», martèle une nouvelle fois le Pape François.

Le Pape rappelle enfin que ce qui est en jeu, ce ne sont pas seulement des chiffres, mais «des personnes, avec leur histoire, leur culture, leurs sentiments et leurs aspirations». «Leurs droits fondamentaux et leur dignité doivent être protégés et défendus» indépendamment de leur statut administratif. «Une attention spéciale doit être réservée aux enfants migrants, à leurs familles, à ceux qui sont victimes des réseaux de trafic humain et à ceux qui sont déplacés en raison de conflits, de désastres naturels et de persécutions.» François invite donc à avoir «le courage d’abattre le mur de cette complicité confortable et muette qui aggrave leur situation d’abandon», rappelant que tous ces migrants attendent «que nous posions sur eux notre attention, notre compassion et notre dévouement».

Il encourage enfin à poursuivre les efforts «pour aller à la rencontre de ce cri de nos frères, qui nous demandent de les reconnaître comme tels et de leur donner l’opportunité de vivre dans la dignité et la paix, en favorisant ainsi le développement des peuples».

14 juin 2018, 09:48