Version Béta

Cerca

VaticanNews
Affiche expliquant l'histoire des martyrs d'Angleterre et du Pays de Galles au Collège anglais de Rome Affiche expliquant l'histoire des martyrs d'Angleterre et du Pays de Galles au Collège anglais de Rome 

Le Pape invite prêtres et séminaristes à dépasser leurs peurs

Ce samedi 21 avril 2018, le Pape François a reçu les membres du collège pontifical anglais, une vénérable institution fondée en 1579 dans la Ville éternelle, et chargée de la formation des prêtres et des séminaristes d’Angleterre et du Pays de Galles.

A la cinquantaine de séminaristes et de prêtres réunis devant lui, le Pape a voulu prodiguer des paroles d’encouragement, et rappeler brièvement ce que doivent être les deux piliers de leur vie: l’amour de Dieu et l’amour du prochain. La «culture du provisoire», si prégnante aujourd’hui, rend difficile l’engagement durable d’un jeune, note le Pape. Pour remporter ce défi, il conseille donc, durant ces années de séminaire, de «nourrir (sa) vie intérieure, en «apprenant à fermer la porte de sa cellule intérieure» soi-même. De cette façon, leur a-t-il assuré, «votre service à Dieu et à l’Eglise s’en trouvera renforcé et vous trouverez la paix et le bonheur que seul Jésus peut donner».

Le témoin du Christ ne vit pas pour lui-même, mais pour les autres, «dans le service constant»; cet apostolat missionnaire, précise le Saint-Père, «ne peut être vécu dans l’isolement, mais toujours en collaboration avec d’autres prêtres, religieux et laïcs, hommes et femmes». Pour parvenir à aimer le prochain, -chose parfois difficile-, il faut toujours rester centrés sur Dieu. C’est justement «cette fermeté intérieure, cette fidélité d’amour qui caractérisa la vie des martyrs de votre collège», a affirmé François; le collège anglais compte en effet une quarantaine de martyrs, saints et bienheureux. Au XVIIe siècle, sous les règnes protestants d’Elisabeth Ière et de ses successeurs, d’anciens élèves du collège, -alors confié à la Compagnie de Jésus-, furent envoyés en mission au Royaume-Uni, où sévissait une féroce répression contre les catholiques. La plupart furent arrêtés, torturés et exécutés.

Dans la vie chrétienne, a conclu le Souverain Pontife, la peur constitue un des obstacles majeurs; mais qu’il est possible de dépasser, par la prière, l’amour et la bonne humeur, selon la prière de St Thomas More (1478-1535). «Je vous encourage à ne pas avoir peur de vous-mêmes», a-t-il exhorté en proposant St Thomas Becket (1120-1170) pour exemple, lui qui «ne permit pas à ses péchés et à ses limites humaines de l’empêcher de servir Dieu jusqu’à la fin»: «non seulement serez-vous capables de dépasser vos peurs, mais vous aiderez également les autres à dépasser les leurs».

21 avril 2018, 12:30