Version Béta

Cerca

VaticanNews
"Pouvoir et argent", publié le 12 avril en Italie. "Pouvoir et argent", publié le 12 avril en Italie. 

"Pouvoir et argent": un livre sur l'économie et la finance vues par le Pape

Le Pape François signe la préface d’un ouvrage dont la sortie est prévue le 12 avril. Pouvoir et argent : la justice sociale selon Bergoglio est publié par le journaliste et écrivain italien, Michele Zanzucchi.

Adriana Masotti- Cité du Vatican

«D’abord  comme simple chrétien, ensuite comme religieux et prêtre, et comme Pape, je pense que les questions sociales et économiques ne peuvent être étrangères au message de l’Evangile. C’est pourquoi, sur les traces de mes prédécesseurs, je cherche à me mettre à l’écoute des acteurs présents sur la scène mondiale, en donnant la voix, en particulier, aux pauvres, aux rejetés, à ceux qui souffrent». C’est ainsi que le Pape, dans cette longue préface, explique le vif intérêt qu’il porte à l’économie, une réalité vitale pour chaque société, et met en lumière ses ambivalences: l’augmentation du bien-être d’un côté, l’inégalité et l’exploitation de l’autre.

Paradoxes d'une économie globalisée

Il met ainsi en exergue les profondes disparités entre riches et pauvres, constatant le paradoxe d’une économie globalisée, capable de nourrir, loger et soigner tous les habitants de la terre, et qui permet pourtant qu’une poignée de personnes concentre entre ses mains une richesse équivalente à celle que détient la moitié de la population mondiale.

Le Pape pointe du doigt le système financier et les entreprises multinationales qui conditionnent les économies locales. «L’Eglise ne peut rester silencieuse devant l’injustice et la souffrance», et veut collaborer avec les hommes et les femmes qui, de manière pacifique, les combattent. «L’Evangile n’est pas une utopie, mais une espérance réelle, également pour l’économie », soutient François, qui insiste encore sur le devoir de dénoncer «avec l’Evangile en main, les péchés personnels et sociaux commis contre Dieu, et contre le prochain, au nom du dieu-argent et du pouvoir».

"L'armée du bien"

Mais que faire pour obtenir une meilleure égalité ? s’interroge le Pape. Sa réponse se décline en plusieurs paroles-clés : culture de la valorisation, surtout des ressources humaines, prise de conscience de la complexité des problèmes, capacité d’opposer des refus, car «il y a des non qu’il faut dire». Ne manquant pas d’évoquer les choses positives accomplies, il poursuit: «tant, tant d’hommes et de femmes de tous âges et horizons se sont déjà engagés dans ‘l’armée du bien’, le bien qui n’est pas quiétisme ni soumission».

Voir, juger et agir sont les trois piliers de l’action du chrétien dans la vie sociale, selon le document d’Aparacida, que cite le Pape dans sa préface. Et de conclure : «si nous sommes ensemble, unis en son nom, le Seigneur est au milieu de nous et avec nous au milieu du monde, dans les usines, les banques et les maisons, dans les favelas et les camps de réfugiés. Nous pouvons et devons espérer».

11 avril 2018, 13:13