Cerca

Vatican News

Le Pape à Pietrelcina: hommage à Padre Pio, fils de l’amour maternel de l’Église

Dans son premier discours à Pietrelcina, la terre natale de Padre Pio, le Pape François a parcouru la vie du saint capucin en soulignant son amour pour les pauvres, sa prière incessante et son écoute patiente.

Benedetta Capelli – Cité du Vatican

Pour commencer son pèlerinage sur les pas de Padre Pio, le Pape François est arrivé ce matin à Pietrelcina, en Campanie, le village natal du saint. L’avion du Pape avait atterri à Piana Romana, non loin de la petite chapelle où le jeune Francesco Forgione, le futur Padre Pio, se retirait en prière quand il avait 10 ans. Le Pape a parcouru les pas du frère au milieu des oliviers, symboles de cette terre féconde. Il s’est recueilli dans cette chapelle, devant la statue du frère et le crucifix, comme pour, sous le regard du Seigneur, partager un temps d’étreinte avec Padre Pio, pour lequel le Pape nourrit une grande dévotion.

La rencontre avec les fidèles

Le Pape a suite salué les pèlerins provenant du monde entier, avec la présence de nombreux groupes de prière que Padre Pio avait encouragé. François a salué les enfants, les malades, les nombreux jeunes présents, les immigrés qui travaillent dans la région, les personnes âgées, émues par sa présence. Sur l’estrade, devant une image du jeune Padre Pio, le Pape s’est arrêté en prière devant la statue de la Madonna della Libera, dont le saint était très dévot. Mgr Felice Accrocca, archevêque de Bénévent, a demandé au Pape de confirmer les habitants de la région dans la foi, et il a rappelé les graves problèmes de cette terre, notamment la faiblesse des infrastructures, qui nuit à son développement.

Padre Pio, fils dévot de l’Église

Dans son discours, François a rappelé «la longue et féconde histoire spirituelle» de Padre Pio, «fils dévot» qui a toujours expérimenté «la maternité de l’Église», en apprenant à «reconnaître dans les pauvres la chair du Seigneur». «Il aimait l’Église, il aimait l’Église avec tous ses problèmes, avec tous nos péchés – parce que nous sommes tous pécheurs et nous en avons honte – mais l’Esprit de Dieu nous a convoqué dans cette Église qui est sainte. Et lui, il aimait l’Église et ses enfants pécheurs, tous. C’était cela, saint Pio.»

Le frère tenté par le démon

En évoquant le séjour de Padre Pio en septembre 1911 à Pietrelcina, pour des raisons de santé, François a rappelé «qu’il n’y avait pas d’antibiotiques, mais on se soignait en retourner chez la maman, pour manger les choses qui font du bien. C’était cela, sa noblesse. Il n’a jamais renié son village, il n’a jamais renié ses origines, il n’a jamais renié sa famille.» Le Pape a ensuite souligné la période difficile, les tourments du frères, attaqué par le démon. C’est dans la sève de la prière, dans l’abandon à Jésus, qu’il a pu trouver la réponse aux cauchemars qui s’introduisaient dans son esprit. «Il y a toute la théologie ici ! Tu as un problème, tu es triste, tu es malade. Mais, abandonne-toi dans les bras de Jésus. C’est tout. Et c’est ce qu’il a fait, lui. Il aimait Jésus et il avait confiance en Lui.»

Devenir instruments de l’amour de Jésus

«Cet humble frère capucin a surpris le monde avec sa vie toute dédiée à la prière et à l’écoute patiente des frères, sur les souffrances desquels il versait, comme un baume, la charité du Christ», a expliqué le Pape François. «En imitant son exemple héroïque et ses vertus, vous pouvez devenir  aussi des instruments de l’amour de Dieu, de l’amour de Jésus envers les plus faibles. En même temps, en considérant sa fidélité inconditionnelle à l’Église, vous donnerez un témoignage de communion, parce que seulement la communion, c’est-à-dire être toujours unis et en paix entre nous, édifie et construit», a martelé François.

L’importance du respect des anciens

Le Pape a invité à prendre exemple sur les enseignements de Padre Pio, dans cette époque marquée par le vieillissement de la population, et par l’émigration des jeunes. Il faut regarder le saint pour offrir des «perspectives concrètes pour un futur d’espérance» aux nouvelles générations, et «une attention pleine de tendresse aux anciens», patrimoine de la communauté, qui mériteraient un prix Nobel car ils sont la mémoire de l’humanité, a insisté le Pape. «Les vieux sont un trésor, ils sont la sagesse», a-t-il martelé.

Cultiver le témoignage précieux de saint Padre Pio

Sa dernière recommandation a été de cultiver «le témoignage chrétien et sacerdotal de saint Pio» pour vivre en plénitude la vie, «dans le style des Béatitudes et avec les œuvres de miséricorde». La Pape a conclu cette rencontre en récitant l’Ave Maria avec les personnes rassemblées dans ce village de Pietrelcina, rendu célèbre dans le monde entier pour avoir hébergé la naissance et l’enfance de ce saint dont l’héritage se fait toujours plus vivant aujourd’hui.

17 mars 2018, 10:02