Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape lors de son discours aux autorités devant le palais du gouvernement à Lima, le 19 janvier 2018. Le Pape lors de son discours aux autorités devant le palais du gouvernement à Lima, le 19 janvier 2018.  (AFP or licensors)

À Lima, le Pape invite les autorités à faire du Pérou un lieu d'espérance

Après ses rencontres en Amazonie, le Pape est revenu à Lima pour s'exprimer devant les autorités civiles péruviennes. Avant de s'entretenir en privé avec le président péruvien, Pedro Pablo Kuczynski, le Souverain pontife s’est exprimé au palais du gouvernement devant 500 personnes, diplomates, politiques ou autorités religieuses. Dans son discours, il est revenu sur l’espérance, thème-phare de son voyage apostolique dans le pays.

Olivier Bonnel - Envoyé spécial à Lima, Pérou

Comme il l’avait fait en Équateur voisin lors de sa visite en 2015, c’est à la richesse et aux contrastes du Pérou que le Pape a rendu hommage: «Cette terre péruvienne est un motif d’espérance», a t-il souligné. Le Pérou est d’abord ce poumon amazonien que le François avait visité le matin même, c’est aussi cette «très riche pluralité culturelle qui constitue l’âme de ce peuple». Le Pape a ainsi salué l’hospitalité, la considération pour l’autre, le respect et la gratitude envers la mère terre ou encore l’esprit d’entreprise qui sont des caractéristiques du peuple péruvien. Lui qui se rendra dans quelques heures à Trujillo, durement frappée par les inondations l’an dernier, a aussi vanté la solidarité des Péruviens, souvent manifestée face aux diverses catastrophes qui ont été vécues.

Cette espérance dont a parlé le Pape , elle a «un visage de sainteté» a-t-il dit à l'image de Martin de Porres, fils de paysans, et grand saint péruvien, connu et vénéré dans toute l’Amérique Latine.

Respecter les populations locales 

Le Pape s'est adressé à un Pérou divisé, polarisé, et l’espérance est justement un défi à l’unité du pays, a-t-il expliqué. Sur cette espérance une ombre se profile, une menace plane: celle d’une terre sans cesse exploitée, dépouillée de ses ressources naturelles. Le Pape a repris des accents qu'il avait eu quelques heures auparavant à Puerto Maldonado pour déplorer les dégats faits à l'environnement.

Citant son encyclique Laudato Si, il a appelé une nouvelle fois à s’engager pour une écologie intégrale. Cela exige d’écouter, de reconnaître et de respecter les personnes et les populations locales comme des interlocuteurs valables. François a rappelé ainsi combien les enjeux étaient connectés: «La dégradation de l’environnement, hélas, ne peut être séparée de la dégradation morale de nos communautés», a-t-il martelé.

Une lutte nécessaire contre la corruption

Travailler pour l’espérance nécessite aussi à mettre un terme à ce mal qu’est la corruption. Le Pape a dénoncé un «virus social», un phénomène qui infecte tout, les pauvres et la mère terre étant les plus lésés.

Ainsi, «unis pour défendre l’espérance», implique une plus grande culture de la transparence entre les entités publiques, le secteur privé, la société civile et la communauté ecclésiastique. François a donc exhorté les plus hautes autorités péruviennes à faire plus, pour donner au peuple et à la terre, la sécurité faisant du Pérou un lieu d’espérance et d’opportunité. Cette lutte contre la corruption est une affaire de tous. 

Le Pérou doit donc être ce pays où chacun ait sa place, un pays où il peut établir des relations de fraternité et d’équité avec son prochain, et aider l’autre quand il en a besoin, une terre où il peut réaliser son avenir.

Le Pape a enfin rappelé l’engagement de l’Église catholique à accompagner la nation péruvienne dans cette œuvre commune qui consiste à faire du Pérou une terre d’espérance.  

Résumé en français de la rencontre avec les autorités

 

 

19 janvier 2018, 17:15