Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape lors de sa rencontre avec les évêques chiliens, Santiago, le 16 janvier 2018 Le Pape lors de sa rencontre avec les évêques chiliens, Santiago, le 16 janvier 2018  (AFP or licensors)

Le Pape pleure avec un groupe de victimes d'abus sexuels au Chili

Le Pape François a rencontré des victimes d’abus sexuels commis par des membres du clergé, ce mardi 16 janvier, à la nonciature à Santiago du Chili.

Marie Duhamel - Cité du Vatican

La rencontre s’est déroulée dans un cadre strictement privé, affirme le directeur de la salle de presse du Saint-Siège. «Personne n’était présent», hormis le Pape et «un petit groupe» de victimes. Ils se sont retrouvés à la nonciature de Santiago, après le déjeuner. Il fallait permettre aux personnes abusées par «des prêtres» de «raconter leur souffrance». Le Pape les a écoutées, il a prié et pleuré avec elles, précise Greg Burke dans un communiqué.

Plus tôt à la Moneda, le palais présidentiel, devant les autorités chiliennes, des membres de la société civile et les corps diplomatique, le Pape a exprimé «sa douleur et sa honte (…) face au mal irréparable fait à des enfants par des ministres de l’Église». François a dit vouloir s’unir à ses frères dans l’épiscopat, «car s’il est juste de demander pardon et de soutenir avec force les victimes, il nous faut en même temps nous engager pour que cela ne se reproduise pas.»

Dans l’après-midi, devant les séminaristes, prêtres et religieux, le Pape a de nouveau évoqué ce «grave et douloureux mal». François a évoqué avant tout la douleur des victimes et leurs familles «qui ont vu trahie la confiance qu'elles avaient placée dans les ministres de l'Église», et parlé de «la souffrance des communautés ecclésiales» sous le coup d'une «suspicion» générale. Il a appelé «les hommes et les femmes d'église à avoir le courage de demander pardon». 

Mardi, des centaines de manifestants, dont des membres d’associations de victimes, ont été dispersés du centre de Santiago par les forces de l’ordre. Ils demandaient des actes, plus que des mots.

Selon cath.ch, quatre-vingts membres du clergé chilien ont été condamnés pour abus sexuels en quinze ans. Parmi eux figureraient quatre évêques, soixante-six prêtres, un diacre, deux personnes consacrées, six frères maristes et une religieuse, condamnés par la justice civile et canonique. 34 pour des actes commis sur des mineurs.

17 janvier 2018, 09:29