Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape François. Le Pape François.  (AFP or licensors)

Le Pape écrit aux Mercédaires pour le 800e anniversaire de leur ordre

Parmi les protagonistes de l’histoire de l’Ordre : saint Pierre Nolasque, considérée comme le fondateur, la Sainte Vierge et le Christ Rédempteur. Le Pape invite à rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Évangile.

«Nous sommes tous appelés à vivre la joie qui jaillit de la rencontre avec Jésus, pour surmonter notre égoïsme, rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Évangile. Nous pouvons répondre au Seigneur avec générosité quand nous expérimentons que nous sommes aimés par Dieu, malgré notre péché et notre incohérence.»

C’est ainsi que s’exprime le Pape François dans le message envoyé aujourd’hui aux Pères mercédaires, à l’occasion du 800e anniversaire de l’Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie de la Merci. Dans ce texte, dans lequel il exprime sa «proximité spirituelle» pour ces religieux, François exhorte à un «renouvellement intérieur», à partir du charisme reçu, et cite en premier lieu saint Pierre Nolasque, considéré comme le fondateur de la nouvelle communauté. Les pères mercédaires, selon le Pape, sont dépositaires d’une «histoire d’amour qui s’enracine dans le passé mais qui s’incarne surtout dans le présent et s’ouvre au futur», d’où la nécessité de «redécouvrir le premier amour de l’Ordre et de sa propre vocation, pour les renouveler continuellement.»

L’autre exemple cité par le Pape est celui de la Sainte Vierge, Notre-Dame de La Merci, «maîtresse de consécration à Dieu et au peuple, dans la disponibilité au service, dans l’humilité et la réserve d’une vie cachée, totalement consacrée à Dieu, dans le silence et dans la prière». «Souvent, écrit le Pape, les décisions personnelles et communautaires qui nous coûtent le plus sont celles qui concernent nos petites, et parfois mondaines sécurités».

Le Pape adresse l’invitation finale à «vivre la joie que comporte la rencontre avec le Christ Rédempteur», qui «nous regarde dans les yeux et nous aime, en nous demandant de tout laisser pour Le suivre. L’amour, conclut le Pape, est évalué dans le feu du risque, dans la capacité de mettre sur la table toutes les cartes d’appuyer fort, pour cette espérance qui ne déçoit pas»

17 janvier 2018, 18:22